"Tetris" en 2017, "Minecraft" en 2019…: le cinéma sous l’influence des jeux vidéos

Anne Donadini
Publié le 29 juin 2016 à 11h18
"Tetris" en 2017, "Minecraft" en 2019…: le cinéma sous l’influence des jeux vidéos

GEEKERIES - Depuis les années 2000, les franchises issues de jeux vidéos se multiplient. Les adaptations de Tetris et Minecraft sont déjà annoncées, alors que "World of Warcraft" et "Pixels" ont fait de terribles flops.

C’est leur nouvelle poule aux œufs d’or. Faute de nouvelles idées originales et après avoir trouvé dans les comics un second souffle, Hollywood puise désormais son inspiration dans les jeux vidéo. Ces deux dernières années se sont ainsi succédées à l’écran les sorties de Pixels , Angry Birds, le film et Warcraft : le commencement , adapté du célèbre jeu MMORPG né en 1994, World of Warcraft.

Malgré les flops, Hollywood persévère avec Tetris, Minecraft, Metal Gear Solid…

Toutefois, d’autres franchises avaient déjà lancé la mode de l’adaptation des jeux vidéo à l’écran dès le début des années 1990. Si votre naissance avoisine cette décennie, vous aurez donc forcément vu passer les versions cinéma de Prince of Persia, Lara Croft , Street Fighter, Final Fantasy, Tekken, Hitman , Pokémon ou encore Assassin’s Creed . Or, à l’exception de Resident Evil, Tomb Raider et Silent Hill, tous ont pour point commun d’avoir fait de sacrés flops au box-office.

Preuve récente que les spectateurs ne semblent pas adhérer,  Pixels , le méli-mélo foutraque du réalisateur Chris Columbus censé rendre hommage aux jeux d’arcade, a fait partie des 5 pires bides de l’année 2015 tandis qu’ Angry Birds  et  Warcraft  sont eux aussi relégués en bas du podium depuis leur sortie.

A LIRE AUSSI >> Bientôt un film d'horreur adapté du jeu "Slender Man"

Pourtant, l’industrie du cinéma semble vouloir épuiser le filon jusqu’au bout et prévoit une myriade de nouveaux films : une trilogie Tetris réalisée par Larry Kasanoff dont le tournage débute en 2017 ; Minecraft, par Rob McElhenney (Philadelphia) sortira le 24 mai 2019 ; Jordan Vogt-Roberts prépare Metal Gear Solid pour 2017 ; Joseph Kosinki (Tron : Legacy) planche actuellement sur Gran Turismo ; Sony prépare un Uncharted "comparable à Indiana Jones" et verrait bien Mark Wahlberg ou Chris Pratt dans le rôle mythique de Nathan Drake ; Sonic le Hérisson, enfin, est aussi dans les tuyaux. A croire qu’il ne manque plus que GTA et Candy Crush ?

Pourquoi les films sur les jeux vidéo font-ils des bides complets ? 

L’entêtement des majors, visiblement mû par des objectifs commerciaux, semblent ignorer les véritables raisons de ces bides consécutifs. Dans un premier temps, le fan service n’exclue par l’exigence. Un film essayant de compiler grossièrement tous les détails d’un univers de jeu vidéo a toutes les chances de sabrer la qualité de ces derniers et donc d’être bâclé. 

A LIRE AUSSI >> 
Les jeux vidéo de fin 2016 à ne pas manquer 

Autre gros défaut : les grosses boites de production américaines tentent de toucher un public large et éliminent donc les anecdotes et accessoires particuliers qui réjouiraient les fans les plus intenses. Pire, elles ne consultent pas systématiquement, voire pas du tout, les sociétés de développement qui ont créé ces jeux alors qu'elles pourraient les aiguiller. Ainsi Ubisoft n’a jamais été sollicité pour Prince of Persia, tout comme Eidos n’est pas intervenu pour  Hitman .

Enfin, les acteurs (et surtout les actrices) sont pour beaucoup dans les succès de ces films, et une Angelina Jolie ou une Milla Jovovich attireront toujours plus de monde que Timothy Elephant (Hitman) ou Jon Foo (Street Fighter). Dans tous les coins, on est loin des origines du "nanar" spécial jeu vidéo, qui a vu en Super Mario Bros., un film sorti en 1993, un précurseur du genre. Mais qui avait le mérite de faire sourire. 
  


Anne Donadini