Jugée coupable d’homicide involontaire début mars, Hannah Gutierrez-Reed a appris sa sentence ce lundi 15 avril.
C’est elle qui avait chargé le revolver avec lequel l’acteur Alec Baldwin avait tué la directrice de la photographie Halyna Hutchins en 2021.
"Le jury a estimé que j'étais en partie responsable de cette terrible tragédie, mais cela ne fait pas de moi un monstre", a-t-elle déclaré en larmes.

Elle a écopé de la peine maximale réclamée par le parquet. L’armurière du film Rust a été condamnée à 18 mois de prison par un tribunal du Nouveau-Mexique ce lundi 15 avril. Le mois dernier, Hannah Gutierrez-Reed avait été reconnue coupable d’homicide involontaire après la mort de la directrice de la photographie Halyna Hutchins sur le tournage de ce western en 2021. La victime avait été tuée par le tir d’un revolver que tenait l’acteur Alec Baldwin. Le réalisateur Joel Souza avait été grièvement blessé.

"Le jury a estimé que j'étais en partie responsable de cette terrible tragédie, mais cela ne fait pas de moi un monstre", a réagi en pleurs Hannah Gutierrez-Reed. L’AFP rapporte qu’elle a fait part de sa compassion pour la famille de la victime. La procureure Kari Morrissey a rappelé que l’armurière n'avait exprimé "ni responsabilité, ni remords" au cours du procès. La jeune femme de 26 ans avait été placée en détention à l’énoncé du verdict en mars. Depuis, elle a qualifié les jurés d'"idiots" et d'"attardés" dans ses appels passés en prison, selon le parquet.

Elle s'était présentée comme un "bouc émissaire"

Responsable des armes sur ce film doté d’un budget serré, Hannah Gutierrez-Reed était accusée de négligences répétées par les procureurs qui avaient dénoncé "un jeu de roulette russe". La défense a présenté cette jeune femme inexpérimentée comme un "bouc émissaire" d'une production qui a négligé la sécurité pour raisons financières. Ses avocats ont argué qu’elle n’avait aucun moyen de savoir que des munitions réelles se trouvaient sur le plateau de Rust. L’arme que tenait Alec Baldwin, qu’elle a elle-même chargée, ne devait contenir que des balles à blanc.

Inculpé d’homicide involontaire au pénal, l’acteur a plaidé non coupable et maintient qu’on lui avait assuré que son arme était inoffensive. Dans des documents publiés la semaine dernière, les procureurs estiment que le comportement colérique de la star a contribué aux "problèmes de sécurité" ayant conduit au drame. Ils l’accusent d’avoir "menti éhontément" pour se dédouaner, changeant son récit à plusieurs reprises.

Une expertise du FBI a conclu que le pistolet tenu par l'acteur n'avait pas pu faire feu sans une pression sur la détente. Alec Baldwin nie l'avoir pressée. Une défense "absurde à première vue" pour les procureurs qui réclament le maintien du procès prévu en juillet. 


D.D.F.

Tout
TF1 Info