Dans une vidéo intitulée #TouchePasMaVF, les comédiens de doublage français de personnages iconiques comme Oui-Oui ou Spiderman alertent sur la menace que représente l’intelligence artificielle pour leur métier.
Ils interpellent la ministre de la culture Rachida Dati afin de protéger leur travail et empêcher d’être remplacés par des ordinateurs.

"La culture est en danger car l’IA n’inventera plus rien !" Mardi soir, dans une vidéo publiée sur les réseaux sociaux et devenue virale en quelques heures, un groupe de plusieurs comédiens ont alerté sur les dangers de l’intelligence artificielle (IA), de plus en plus utilisée pour réaliser des doublages de voix à leur place

Les iconiques voix françaises de Marge Simpson, Brad Pitt, Margot Robbie, Hercule Poirot, ou encore Pumba s’allient sous le hashtag #TouchePasMaVF pour empêcher "leur métier de totalement disparaître", signale Brigitte Lecordier (la voix française de Oui-Oui et Goku). "Si l'intelligence artificielle nous remplace, ce ne sont plus nos voix, des voix humaines, que vous entendrez dans les films, mais des voix de robots qui auront été générées par le vol de nos voix", avertissent-ils.

Cette vidéo coup de poing intervient d’ailleurs au lendemain de l’accusation émise par l’actrice américaine Scarlett Johansson contre l’entreprise OpenAI d’avoir volontairement et à son insu copié sa voix pour l’intégrer à ChatGPT. 

"Pour que le doublage en France reste une exception culturelle"

Leur cri d’alarme ne se limite pas aux métiers du doublage, mais à toutes les professions liées à la voix : artistes, production, direction artistique, adaptateurs, auteurs… En tout, les comédiens préviennent que 15.000 emplois pourraient être menacés. "Si nous faisons ce métier, c’est pour défendre un accès à la culture pour tous, à travers notre sensibilité, nos émotions. Alors exigez avec nous qu’elle soit de qualité !", lancent les doubleurs. 

Avant de solliciter l’aide de tous ceux dont l’enfance a été bercée par leurs voix : "Vous qui êtes attachés à nos voix, aidez-nous à les faire entendre auprès de notre ministre de la Culture, Rachida Dati, pour que le doublage en France reste une exception culturelle." En plus d’interpeller la ministre de la Culture, ils invitent à signer une pétition datant du 10 janvier 2024. Depuis la publication de leur vidéo mardi soir, la pétition a atteint près de 60.000 signatures, et près de 20.000 rien que ce mercredi. 

"L’émotion, la complexité, la beauté de l’expérience humaine véhiculées par la voix et le langage, ne peuvent être générées par les modèles d’intelligence artificielle. Si puissants et raffinés qu’ils soient, les algorithmes ne peuvent façonner que des simulacres et peuvent, si on n’y prend garde, renforcer des biais de discriminations présents dans les contenus dont ils se nourrissent", écrit le Syndicat Français des Artistes interprètes (SFA) dans sa pétition. 

A l’heure où Emmanuel Macron a promis mardi soir des investissements supplémentaires pour faire de la France une championne de l’IA, le SFA appelle l’Etat à agir pour mettre en place des garde-fous et protéger les artistes de l’utilisation abusive de l’IA. "Il est du devoir des pouvoirs publics d’agir, non pour empêcher l’innovation, mais pour réguler le développement de l’IA générative de manière à protéger les artistes, les œuvres, la culture et l’emploi", conclut la pétition. 

Du pillage de données personnelles - comme la voix - pour alimenter des logiciels, au remplacement pur et simple des humains, les craintes suscitées par l'IA dans le secteur de la culture ont été mises en lumière l'année dernière avec la grève historique des acteurs et scénaristes à Hollywood. Après des mois de lutte, l'accord signé par les syndicats a promis de protéger le statut des comédiens, même s'il autorise finalement les studios à utiliser l'IA. 


Louise HUET

Tout
TF1 Info