Le WE

À la découverte du monde poétique de l'art miniature

Publié le 17 octobre 2021 à 20h36
JT Perso

Source : JT 20h WE

Une galerie vient de faire le pari d'organiser la toute première exposition d'art miniature. Et ce choix ne limite absolument pas la puissance poétique des œuvres, un travail de précision qui ne manque jamais d'espièglerie.

Dans le monde de Pierre Javelle, tout se joue à quelques millimètres, un art de la précision qui ne tolère aucun moment de distraction. Le photographe, co-créateur des Minimiams avec Akiko Ida, plonge ses personnages miniatures dans un décor toujours gourmand. Il bouscule l'échelle du monde réel et ça n'est pas un jeu d'enfants. "C'est un jeu d'adulte parce que ça s'apparente en fait à un travail de metteur en scène. On a des acteurs, on a une lumière, on a un plateau avec des objets et on doit raconter une histoire avec tout ça", précise-t-il. Et voici le scénario du jour. "Ce sont des gonfleurs de citrouille. Ce sont des personnages qui ont des citrouilles et qui essaient de les gonfler pour leur donner une dimension surnaturelle", poursuit-il.

Surréaliste, poétique, à l'instar de Pierre Javelle, les artistes de l'art miniature se sont fait connaître sur les réseaux sociaux. Pour la première fois, cette galerie parisienne dévoile leurs œuvres, l'envers du décor. Jouer encore, avec les ombres, replonger en enfance, s'arrêter devant ces mines de crayons, se laisser surprendre au détour d'un escalier. Les visiteurs sont fascinés par le niveau de détails, la réussite de la réalisation.

Mais comment faire exister ces œuvres minuscules dans une exposition ? "On a souvent l'habitude d'avoir des chambres larges ou des pièces monumentales qui sont très impressionnantes. Ici, c'est vraiment du domaine du très petit, de l'intime. C'est pour ça que l'on a pris la partie du domaine des grandes photos pour que les gens puissent s'immerger, bien voir la finesse de ce monde en miniature", explique Frédéric Barreau, scénographie - Exposition "Small is beautiful, Miniature Art" à la Galerie Joseph, Paris (3e). Comme dans cette chambre, que l'on découvre, installée sous une tombe prête à abriter un amour éternel.


La rédaction TF1 Info

Tout
TF1 Info