Avec 6.870.704 entrées, "Avatar : la voie de l’eau" est désormais le plus gros succès de l’année 2022 dans les salles françaises.
Une sacrée performance puisque la superproduction de James Cameron a atteint ce score en l’espace de deux semaines.
Frédéric Monnereau, directeur de la distribution de Walt Disney Pictures France, livre à TF1info les clés de ce succès déjà épique.

Les Na’vi vous saluent bien ! 15 jours après sa sortie, Avatar : la voie de l’eau est désormais le plus gros succès de l’année en France, avec un cumul de 6.870.704 entrées, dont 559.147 rien que pour la journée de jeudi. Le blockbuster de James Cameron coiffe sur le poteau Top Gun : Maverick avec Tom Cruise, qui occupait la première place du box-office hexagonal depuis le printemps dernier. 13 ans après le premier volet, sa suite dépasse toutes les attentes, comme l’explique à TF1info Frédéric Monnereau, directeur de la distribution de Walt Disney Pictures France.

Êtes-vous surpris de voir le film atteindre un tel score aussi vite ?

Nous sommes agréablement surpris ! J’ai eu la chance de sortir le premier Avatar il y a 13 ans avec la Fox et on savait qu’il existait un lien très fort entre le public français et l’univers crée par James Cameron. Ça s’était confirmé avec la ressortie du premier film pendant 15 jours en septembre avec plus de 500.000 entrées. Après, on sort quand même de trois années qui ont bouleversé le cinéma. Si bien qu’on s’était donné comme objectif de faire aussi bien que Spider-Man : No Way Home l’année dernière, la référence depuis la pandémie avec ses 7,3 millions d’entrées. Mais là, on a basculé dans le phénomène, avec plus de 500.000 entrées par jour depuis le début de la semaine. 

Avec "Avatar", on voit que les gens sont prêts à payer le prix pour vivre une grande expérience dans les meilleures conditions
Frédéric Monnereau, directeur de la distribution de Walt Disney Pictures France

D’un point de vue technologique, le premier Avatar avait ressuscité la 3D. Depuis, d’autres s’y sont essayés avec moins de réussite et on en voit beaucoup moins à l’écran. Est-ce que James Cameron serait plus malin ?

Disons qu’il en fait une utilisation à part, avec une cohérence parfaite entre l’histoire et la technologie. Mais chez Disney, nous avons sorti d’autres films en 3D récemment comme Doctor Strange 2 et l’ensemble des Marvel. Ce qui est certain, c’est qu’Avatar est une nouvelle fois révélateur de tendances. En 2009, la sortie du premier film avait fait basculer les salles de cinéma vers le digital puisqu’il fallait s’équiper de projecteurs numériques pour le diffuser. Le succès du deuxième volet montre que le cinéma est un marché d’offre et qu’il y a une vraie appétence pour le grand écran. On a perdu des spectateurs avec la pandémie, c’est vrai. Mais avec Avatar, on voit que les gens sont prêts à payer le prix pour vivre une grande expérience dans les meilleures conditions. Il y a aussi une évolution dans les usages puisqu’on voit qu’ils réservent en ligne et qu’ils choisissent leur place dans la salle.

Sur le fond, c’est une superproduction qui repose sur des valeurs très fortes. Est-ce l’une des clés de son succès ?

C’est vrai qu’il y a une dimension familiale encore plus forte que sur le premier film puisque les personnages de Jake et Neytiri sont devenus parents. Et on s’aperçoit ces derniers jours qu’aller voir Avatar : la voie de l’eau est devenu une sortie familiale. Plusieurs générations se retrouvent et c’est une vraie réussite. Il y a aussi des valeurs écologiques importantes, déjà présentes dans le premier, et qui vont encore plus loin cette fois. Le film développe un vrai discours sur la protection des océans par exemple, mais sans que ce soit forcé.

Objectif 10 millions d'entrées

Jusqu’où espérez-vous aller au niveau français et mondial ? 

Vous avez vu que film vient de franchir la barre du milliard de dollars de recettes dans le monde dans un contexte très difficile. Aux États-Unis, l’épisode de froid a bloqué la moitié du pays. En Chine, il y a la reprise de la pandémie de Covid. Et malgré ça, il atteint ce score en moins de deux semaines. En France, il aura donc fallu moins de quinze jours pour devenir le premier film de l’année. On est sur le rythme du premier (plus de 15 millions d’entrées – ndlr). Après, si on veut rester prudent, il faut rappeler qu’on est encore sur un marché de reprise. L’année va se terminer à environ 150 millions de spectateurs, en dessous des niveaux de 2019 et d’avant. Tout dépendra du mois de janvier. L’an dernier, Spider-Man était sorti des vacances à 5,5 millions d’entrées et avait ajouté 1,5 million sur janvier-février. Sur Avatar 2, on espère sortir des vacances à 8 millions d’entrées. Ensuite, les 10 millions sont tangibles. Mais c’est un seuil qu’on n’était pas sûrs d’atteindre il y a 3 semaines et qui nous ramène à l’avant Covid puisque deux de nos films, Avengers : Endgame et Le Roi Lion, avaient dépassé les 10 millions en 2019.

Que pouvez-vous nous dire sur Avatar 3

Je peux vous dire qu’il a été tourné en même temps que le 2 et qu’il est déjà daté à décembre 2024 ! Après, on va entretenir le mystère à la façon Disney pour faire en sorte que ce soit à nouveau un événement et quelque chose qui marque les spectateurs. On va vous révéler des choses petit à petit. Mais là, on profite encore du 2. Non seulement il y a des gens qui vont encore le découvrir. Mais il y a aussi des gens qui retournent le voir et qui profitent des différents formats pour vivre une nouvelle expérience !


Propos recueillis par Jérôme Vermelin

Tout
TF1 Info