Christian Bale méconnaissable dans "Amsterdam" : "J’ai décidé de me déguiser jusqu’à la fin de ma vie"

par Jérôme VERMELIN
Publié le 2 novembre 2022 à 17h53
JT Perso

Source : Sujet TF1 Info

L'ex-Batman de Christopher Nolan incarne un vétéran de la Première Guerre mondiale dans "Amsterdam".
Œil de verre, corset, cheveu hirsute, il est presque méconnaissable devant la caméra de David O’Russell.
De passage par Paris, il a livré à TF1info le secret de cette nouvelle transformation bluffante.

C’est l’acteur aux mille transformations. Qu’il perde plus de 20 kilos pour The Machinist ou qu’il en gagne presque autant pour American Bluff, qu’il se grime en vice-président Dick Cheney dans Vice en démon galactique dans Thor : Love and Thunder ou en junkie maladif dans Fighter, Christian Bale au cinéma ne ressemble presque jamais à Christian Bale dans la vraie vie. À croire que le Bruce Wayne BCBG de la trilogie Dark Knight serait presque son alter ego, la passion des chauve-souris en moins !

Dans Amsterdam, le nouveau film de David O’Russell en salles cette semaine, il incarne le Dr Burt Beredsen, un vétéran de la Première guerre mondiale, grièvement blessé au front, qui enquête sur la mort mystérieuse de son chef de régiment. Corset, œil de verre, cheveu hirsute et démarche claudicante… Son apparence à la fois tragique et loufoque est au diapason de cette comédie burlesque dans laquelle il partage la vedette avec une pléiade de stars bien plus glamour. 

"Au début, on s’est mis à dessiner la forme des cicatrices de mon personnage sur une feuille de papier", raconte l’acteur américano-britannique à TF1info. "David voulait qu’elle aille dans un sens, moi je proposais dans un autre. Ensuite pour les cheveux, on s’est inspiré de vieilles photos de Samuel Beckett que j’aimais. Et puis un jour j’étais en Zoom avec Emmanuel Lubezki, le chef opérateur qui a d’incroyables cheveux bouclés. Ça m'a inspiré et sans prévenir David, je suis allé me faire faire une permanente. Quand il a découvert le résultat, il a adoré !".

Située dans l’Amérique des années 1930, l’intrigue d’Amsterdam s’inspire d’une histoire vraie, celle de la tentative de putsch contre le président Roosevelt, fomentée par des hommes d’affaires pro-fascistes. Pour la raconter, le réalisateur de Happiness Therapy a choisi le prisme de l’amitié indestructible qui lie Burt Beredsen à l’avocat Harold Woodman, un autre ancien combattant joué par John David Washington, et Valerie Voze, une riche héritière jouée par Margot Robbie qu’ils ont rencontré dans un hôpital militaire où elle se faisait passer pour une infirmière française.

Je dis toujours que les enfants sont les meilleurs acteurs du monde. Parce qu’ils jouent la comédie naturellement

Christian Bale

"Ils ont décidé qu’ils seraient toujours là les uns pour les autres", raconte Christian Bale. "Dans la période sombre de l’entre-deux guerres, ils se battent et refusent de devenir nihiliste, même si personne ne leur reprocherait. Ils maintiennent que l’art est important. Que l’amour est essentiel. Que pour eux, l’optimisme est le seul choix possible. David voulait jouer de cette dualité avec le monde extérieur et vous donner envie d’avoir des amis comme ça, de passer du temps avec eux. D’être comme eux !".

Si Amsterdam a un peu tendance à empiler les apparitions surprises, au risque de faire perdre le fil du récit au spectateur, Christian Bale est l’attraction principale de cet anti-blockbuster dont le discours politique résonne très fort avec la période actuelle. "La plupart des gens n’en ont jamais entendu parler, mais c’est bel et bien arrivé", insiste l’acteur. "Mais je crois que comme la plupart des films de David, ça parle surtout de la façon dont les gens continuent à avancer, quand leur vie s’est brisée contre un mur. Comment fait-on pour continuer à se lever le matin et à rester positif ?"

Lire aussi

À l’approche de la cinquantaine, celui qu’on a découvert ado dans le sublime Empire du soleil de Steven Spielberg conserve lui une gourmandise intacte pour son métier. Mais d'où lui vient son goût pour les métamorphoses toujours plus improbables ? "Je dis toujours que les enfants sont les meilleurs acteurs du monde", observe-t-il. "Parce qu’ils jouent la comédie naturellement. Tout le monde se déguise lorsqu’il est petit. Vous ne vous souvenez pas ? Certains choisissent de ne plus le faire en grandissant… et d’autres comme moi décident de ne pas s’arrêter. Et continuer à le faire jusqu’à la fin de leur vie !".

>> Amsterdam de David O'Russell. Avec Christian Bale, John David Washington, Margot Robbie. 2h14. En salles


Jérôme VERMELIN

Tout
TF1 Info