Interview

De retour dans "Plus belle la vie" sur TF1, Anne Décis veut "montrer des quinquas qui se réinventent"

Publié le 10 janvier 2024 à 17h10

Source : JT 13h Semaine

Elle est l’une des figures historiques du feuilleton qui a repris sa route avec succès le 8 janvier sur TF1.
Dans "Plus belle la vie, encore plus belle", Anne Décis retrouve le personnage de l’infatigable Luna Torres qu’elle a jouée pendant 18 ans.
"C’était assez dingue", nous dit-elle à propos des retrouvailles avec ses camarades dans les studios de la cité phocéenne.

La forte tête du Mistral, c’était elle. Luna Torres, une âme d’artiste et un franc-parler qui pendant 18 ans a séduit les téléspectateurs. Un personnage en or pour son interprète Anne Décis qui ne pouvait pas refuser de rejoindre Plus belle la vie, encore plus belle, la suite du feuilleton culte imaginée pour TF1. Nous l’avons rencontrée à Marseille début décembre, un mois avant les débuts tonitruants de la série dont le premier épisode a rassemblé 3 millions de curieux le 8 janvier.

Où en est Luna lorsque s’ouvre Plus belle la vie, encore plus belle ?

On l’a laissée sur une union à la César et Rosalie avec deux hommes. Elle n’est plus avec eux, ça a été un échec. Elle est sur le projet de la création d’une association avec Blanche, dont on ne sait pas encore très bien aujourd’hui quel en sera le contenu. J’imagine que ça sera pluridisciplinaire. Luna arrive aussi en soutien d’Estelle (Élodie Varlet) qui traverse une période compliquée. Mon personnage ne s’est pas encore pleinement déployé dans ce qu’il est.

Quelle a été votre réaction quand le producteur Vincent Meslet vous a appelée pour vous annoncer que la série reprenait sur TF1 ?

J’ai d’abord pensé aux fans, en me disant qu’ils allaient être tellement heureux. Parce qu’on discute avec eux tous les jours, on échange des messages sur les réseaux sociaux. On voit à quel point ça a été compliqué pour eux l’arrêt de cette série. On a gardé ce secret longtemps avant que ce soit dévoilé, c’était assez rigolo. J’ai eu très vite envie de reprendre mon personnage que j’adore. Et puis j’ai très vite été rassurée sur le fait que la chaîne, la production et les auteurs avaient envie de recréer quelque chose de nouveau et pas seulement de reprendre ce qui s’était fait. Ça, ça m’a plu.

On était plein de joie de redémarrer une nouvelle aventure. Et en même temps, on avait une tristesse en nous par rapport à Michel et Marwan
Anne Décis

C’est quoi l’ADN de ce Plus belle la vie, encore plus belle ?

C’est compliqué de répondre à cette question pour l’instant parce qu’on a trop la tête dans le guidon. Ça vient de redémarrer, on n’a pas encore le recul pour pouvoir analyser les choses. Mais ce que je vois, c’est qu’on est tous très heureux de retrouver nos personnages, qu’il y ait aussi de nouvelles têtes, de nouveaux décors et de nouvelles envies. Ça redynamise vachement et ça participe au plaisir qu’on a d'être à nouveau ensemble.

Votre premier jour de tournage, c’était comment ?

C’était très étrange. J’étais déjà revenue au Pôle média de la Belle de Mai pour tourner un autre projet. Mais là, c’était vraiment la première fois dans ces studios-là. On y a 15.000 souvenirs à la seconde, tous incroyables. Même les toilettes, les couloirs… J’ai l’habitude de dire que c’est une machine à laver émotionnelle parce qu’on était plein de joie de redémarrer une nouvelle aventure. Et en même temps, on avait une tristesse en nous par rapport à Michel et Marwan (Cordes et Berreni, décédés l’an dernier, ndlr). Cette fraternité nous a aidés à nous sauver de ce sentiment-là. Il y avait la même excitation que les gamins qui se retrouvent en septembre dans la cour de récré et se disent "T’as pas changé ! T’es comme ça ! Ah ouais, ils vont être sympas, on va voir".

C’est ambiance rentrée scolaire ou colonie de vacances, Plus belle la vie…

Un peu des deux, mais en fait pas tant colonie de vacances parce qu’on y travaille quand même. On n’y va pas pour déconner ! Je suis restée amie avec certains comédiens, donc on savait ce qu’on était devenus. Mais il y en a d’autres qu’on n’avait pas vus depuis six mois, un an. Donc entre nous, c'était "T’as fait quoi ? Il s’est passé quoi dans ta vie ?". C’était assez dingue.

Luna a passé beaucoup de temps à l’hôtel du Select, qui n’existe plus dans cette suite. Quel nouveau décor vous a le plus impressionnée ?

Je dirais la résidence pour les jeunes. Le décor est énorme, avec de grands couloirs, des chambres… J’ai hâte de le voir à l’image, il est hyper spacieux. Ce qui m’intéresse surtout, ce sont tous les petits détails de la décoration justement, ce qu’on ne voit pas à l’écran ou très peu. Pourquoi cette couleur pour le cendrier ? Pourquoi ce couvert-là ? Pourquoi ce tableau, qu’est-ce que ça signifie ? Tous les petits clins d’œil des accessoiristes.

undefinedundefinedNedim IMRE / CAPA Pictures / TF1

Plus belle la vie a mis en avant de nombreux sujets de société dont on ne parlait pas forcément à la télévision. Y en a-t-il un, qui n’a pas encore été évoqué dans la série, que vous voudriez voir développé dans cette nouvelle mouture ?

Alors ce n’est pas tant une nouvelle thématique, mais j’ai envie qu’on mette en avant les femmes de 50 ans, âge que je fêterai bientôt. Je suis curieuse de savoir comment on va les incarner. Je trouve qu’elles sont sous-représentées en fiction. Souvent, elles subissent, soit à cause de la ménopause, soit parce que leur mari les a quittées ou parce que les enfants ont quitté le nid familial. Ce ne sont pas des problématiques très gaies. J’ai envie qu’on montre des femmes qui se réinventent, qui peuvent être heureuses, qui ont des histoires d’amour passionnelles à 60 ans et non pas des histoires de grand-mère. C’est une réalité, mais pas celle de toutes les femmes. On aimerait bien être qu’elle soit un peu plus représentée.

Beaucoup de futurs téléspectateurs n’étaient pas nés quand Plus belle la vie a démarré en 2004. Que leur diriez-vous pour les convaincre de regarder la série ?

Pour moi, on assiste à quelque chose d’historique. Plus belle la vie a été la première fiction quotidienne française à parler de la vie des Français tout en les faisant rêver. Là, ils ont la possibilité d’assister à un rendez-vous un peu iconique. Je pense qu’un phénomène de curiosité va exister et va être assez majeur.

Vous avez déjà des messages de fans demandant des informations sur les intrigues à venir ?

Bien sûr ! Quand on a commencé à tourner à Allauch, les premières photos ont fuité et il y avait beaucoup de commentaires du type "Ils sont là !" On sent qu’ils ont très envie de savoir.

On vous donne rendez-vous dans 18 ans ?

Je n’en sais rien, je ne me projette pas du tout (rires) ! Je n’en ai aucune idée, on verra bien !

>> Plus belle la vie, encore plus belle - dès le 8 janvier sur TF1 et TF1+, découvrez chaque jour en avant-première et en exclusivité les deux prochains épisodes dans l’offre premium de TF1+.


Delphine DE FREITAS

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info