Découverte et évasion

Ouzbékistan : les trésors de la route de la soie

TF1 | Reportage Florence Leenknegt, Noélie Clerc, Jean-François Drouillet
Publié le 21 novembre 2022 à 12h52
JT Perso

Source : JT 20h WE

La légende dit que le peuple ouzbek a hérité d'un paradis sur terre.
L'Ouzbékistan a ensuite légué à l'humanité la ville de Samarcande, sur la route de la Soie.
Une histoire qui s'invite à partir du mercredi 23 novembre, au musée du Louvre.

En gants blancs, on manipule ici, dans le musée du Louvre, l'un des plus anciens corans du monde. On finalise la peinture d'un socle, pour diriger notre regard vers un visage, sculpté il y a 2 000 ans. Minuscule ou monumental, ne sont rassemblés ici que des trésors venus d'Ouzbékistan. Des objets prêts à nous raconter l'histoire d'un pays, au cœur de l'Asie centrale. Comme cette porte calcinée, où 50 personnages semblent tout droit sortis d'une bande dessinée du 6e siècle.

Une pièce maîtresse sauvée par... un incendie

Notre équipe rejoint la ville de Samarcande, une cité envoutante qui se démarque depuis plusieurs siècles, avec ses coupoles de faïence bleue capables de se fondre dans le ciel. Mais avant, direction les steppes du sud vers le site archéologique de Kafir-Kala, où les talus et petites collines de terre sont les vestiges d'une imposante forteresse royale. Après dix ans de recherche et plusieurs missions d'archéologie, une grande découverte. Elle ne ressemble au départ qu'à un morceau de bois, mais elle se révèle être une porte massive en orme sculptée, miraculeusement sauvée d'un incendie provoqué par les armées musulmanes au 8e siècle. 

"Cette porte s'est effondrée, et une partie de cette porte a continué à brûler, enterrée, lentement pendant des semaines, raison pour laquelle la porte conserve encore des structures intactes", explique un archéologue. Car au lieu de brûler, cette combustion lente aura préservé le bois, le transformant en matière minérale, comme une pierre, permettant à l'Institut de s'emparer de sa restauration. 

Lire aussi

Pour l'occasion, le musée s'est mobilisé pour faire venir les plus belles pièces comme la fresque des ambassadeurs, un joyau du septième siècle. Le palais de Varakhcha sera reconstitué, pour ne rien oublier de l'influence d'un pays qui a permis et maintenu le dialogue entre l'Extrême-Orient et la Méditerranée.


TF1 | Reportage Florence Leenknegt, Noélie Clerc, Jean-François Drouillet

Tout
TF1 Info