The Voice 2022

Gaben, dans "The Voice" : "Vianney, c'est le genre de mec à qui j'ai toujours voulu ressembler"

Rania Hoballah
Publié le 12 février 2022 à 23h59
JT Perso

Source : The Voice

Sa reprise de "La Complainte de la Butte" a bouleversé les coachs de "The Voice".
Gaben, 30 ans, fait partie des talents retenus lors de cette première soirée des auditions à l'aveugle.
Un rêve éveillé, nous confie le jeune homme qui travaille comme aide médico-psychologique.

Il a touché les coachs avec sa délicatesse et sa poésie. Gaben a marqué la première soirée des auditions à l'aveugle de "The Voice". Agé de 30 ans, le candidat qui travaille en tant qu'aide médico-psychologique pour les personnes en situation de handicap s'est qualifié avec sa reprise à la guitare de La Complainte de la Butte. Un véritable rêve éveillé pour le jeune homme qui a toujours rêvé de devenir chanteur, sans jamais oser y croire. 

Vous avez passé haut la main les auditions à l'aveugle de "The Voice". Comment vous sentez-vous ? 

Je suis encore sous le choc ! Je ne m'attendais absolument pas à avoir une telle réaction de la part des coachs. Ça m'a complètement coupé la parole.

Qu'est-ce qui vous a autant bouleversé ? 

J'ai eu le sentiment d'être enfin compris. Et c'est quelque chose qui est tellement important quand on met ses tripes sur la table comme ça. Rien que les visages des coachs pendant que je chantais... J'avais du mal à les regarder car c'était incompréhensible pour moi. 

Marc Lavoine a parlé de douceur, de poésie et de magie. Ses mots vous ont touché ? 

Ça m'a fracassé en fait ! J'ai été perturbé parce que je me suis rendu compte que j'avais probablement potentiellement déclenché chez eux ce que certaines personnes peuvent déclencher chez moi. Ça m'a transpercé. Ça a été très compliqué à gérer en termes d'émotion. J'avoue que quand j'y repense j'ai du mal à m'en remettre. Comme si j'avais du mal à accepter ce qui s'est passé. 

On n'a pas cessé de me répéter que la musique, ce n'était pas un métier

Gaben

Lire aussi

Pourquoi avez-vous choisi La Complainte de la Butte ?

C'est une chanson que j'aime beaucoup et qui me trottait dans la tête depuis un moment. Quand il a fallu choisir, je me suis dit que j'allais tenter ça et en faire quelque chose. Je me suis inspiré de mon chanteur préféré, qui est un tueur en guitare voix, c'est Richard Hawley. Il n'est pas très connu en France mais c'est un gars qui fait une carrière dingue en Angleterre et un peu partout en Europe. 

Vous n'avez pas hésité à aller avec Vianney. Pourquoi ? 

Je n'avais jamais pris aucune décision avant. Mais ses mots m'ont touché. Il m'a renvoyé beaucoup de lumière et de belles intentions. Et en plus c'est quelqu'un que j'avais vraiment envie de connaître. Il est très inspirant, c'est le genre de mec à qui j'ai toujours voulu ressembler. 

La musique, ça a toujours été une passion ?

Oui, j'ai toujours rêvé de vivre de la musique, mais je n'ai pas eu les opportunités, ni les oreilles justement pour m'écouter. On n'a pas cessé de me répéter que la musique ce n'était pas un métier, mais de la rigolade. Je me dis que je ne me suis peut-être pas trompé ! 

Travailler comme aide médico-psychologique, c'est vraiment une école de l'humilité.

Gaben

Travailler comme qu'aide médico-psychologique, ce n'est pas anodin. Pourquoi avez-vous choisi cette voie ? 

Ce que je recherche dans ma vie, c'est de donner un sens et une utilité à ce que je fais. Et dans un métier comme celui-là, je donne le meilleur de moi-même, mais ce n'est pas simple parce que je ne me sens pas du tout à ma place, dans mon élément. Mais quand je rentre chez moi, je sais que j'ai pu me donner quelque chose aux autres. Et c'est ça qui me fait tenir. 

C'est un travail qui vous nourrit, en tant qu'artiste ? 

Oui, c'est un métier qui fait beaucoup réfléchir. Quand on est confronté à des gens qui rencontrent autant de difficultés et de douleur dans leur vie, ça oblige forcément à prendre du recul sur les choses essentielles. C'est vraiment une école de l'humilité.

La musique aussi peut aussi soigner, non ? 

Oui, complètement. La musique crée des liens et permet d'ouvrir des portes. A travers une chanson qu'on aime, on arrive à se connecter un petit peu avec les gens. Ça aide à connaitre l'autre. 


Rania Hoballah

Sur le
même thème

Articles

Tout
TF1 Info