À Hong Kong, Pékin déboulonne la statue hommage aux victimes de Tiananmen

Jérôme Vermelin avec AFP
Publié le 23 décembre 2021 à 11h00
À Hong Kong, Pékin déboulonne la statue hommage aux victimes de Tiananmen

Source : AFP

CENSURE – C’était un symbole pour les militants pro-démocratie à Hong Kong. Le Pilier de la honte, la statue commémorant la répression de la place Tiananmen en 1989, vient d’être retiré de l’université où elle était installée.

Pékin renforce un peu plus sa mainmise sur Hong Kong. Le "Pilier de la honte", une statue rendant hommage aux victimes de la répression de Tiananmen, a été retirée de l'Université de Hong Kong (HKU) ce jeudi après 24 ans de présence sur les lieux, supprimant un symbole des libertés dont jouissait la ville avant 2020. 

"La décision concernant la vieille statue a été prise sur la base d'un avis juridique externe et d'une évaluation des risques pour le meilleur intérêt de l'Université", a déclaré la HKU dans un communiqué, alors que les groupes et les lieux commémorant la répression du 4 juin 1989 à Pékin sont devenues la cible de la draconienne loi sur la sécurité nationale imposée par le gouvernement chinois.

L'artiste propose de racheter son oeuvre

Hong Kong a longtemps été le seul endroit en Chine où la commémoration des événements de Tiananmen était tolérée. Chaque année, les étudiants de la HKU nettoyaient la statue installée sur leur campus en 1997 pour honorer les victimes de la répression des manifestations.

Représentant un enchevêtrement de 50 corps, déformés par la douleur, Le Pilier de la honte est l’œuvre de l’artiste danois Jens Galschiot. Dans la nuit de mercredi à jeudi, ce dernier a jugé "étrange" et "choquant" que l’université s’en prenne à la sculpture qu’il a proposé de racheter, craignant qu’elle soit détruite. Il n'a pas encore eu de réponse.

Opposition muselée à Hong Kong : la démocratie en dangerSource : JT 20h WE
JT Perso
Lire aussi

Le retrait de la statue a également été décrié par des militants pro-démocratie sur les réseaux sociaux. "Honte à l'Université de Hong Kong qui détruit l'histoire et la mémoire collective du massacre de la place Tiananmen. Vous devriez être condamnés au pilier de la honte", a écrit Brian Leung, militant pro-démocratie exilé aux Etats-Unis.


Jérôme Vermelin avec AFP

Tout
TF1 Info