"Mesdames, ne retirez jamais une plainte" : Judith Chemla lance un appel poignant aux victimes de violences conjugales

Jérôme Vermelin
Publié le 6 juillet 2022 à 11h26
JT Perso

Source : JT 20h Semaine

La publication des photos de son visage tuméfié a bouleversé les internautes.
La comédienne Judith Chemla a témoigné ce mercredi matin sur France Inter.
Elle en a profité pour lancer un appel à toutes les victimes de violences conjugales.

C’est un témoignage glaçant. Après avoir dévoilé dimanche sur Instagram les blessures infligées par son ex-compagnon, condamné pour violences conjugales, Judith Chemla a pris la parole ce mercredi matin sur France Inter. Pendant près d’un an, la comédienne a gardé secrètes ces images terribles de son visage tuméfié. 

"Je n’ai pas du tout prémédité cette prise de parole, je n’ai jamais imaginé montrer ces photos", a-t-elle expliqué d’emblée, la voix tremblante. "Je suis pourtant sidérée que jamais ne lui soit venu à l’esprit que c’était une chose possible et qu’il devrait avoir honte", a-t-elle ajouté au sujet du père de sa fille, le réalisateur Yohan Manca, qu’elle accuse aujourd’hui de la harceler.

Après avoir été en couple pendant cinq ans, Judith Chemla et Yohan Manca se sont séparés l’été dernier. Le 3 juillet 2021, alors qu’ils devaient se rendre au Festival de Cannes pour présenter Mes frères et moi, le film qu’ils venaient de tourner ensemble, une violente dispute éclate à Paris au cours de laquelle l’actrice reçoit un téléphone portable en pleine figure.

Certaines femmes n'ont plus le courage de se battre, et j'ai des témoignages bouleversants qui me disent : grâce à vous, je reprends le combat

Judith Chemla

Lorsqu’elle se rend au commissariat, les policiers lui disent "'il faut porter plainte Madame, il faut porter plainte'", raconte-t-elle. "'Parce qu’après, c’est le féminicide. On le voit tous les jours Madame. Il faut porter plainte’. Ils avaient trois appels en même temps à cette seconde-là de femmes victimes de violences conjugales (…) Et moi, je suis sidérée. Je ne me vois pas porter plainte contre le père de ma fille. Je n’ai pas de déclic intérieur."

Judith Chemla ira finalement porter plainte le lendemain, après une nuit de discussions houleuses avec son compagnon. Une seconde plainte suivra quelques mois plus tard et le 12 mai dernier, Yoann Manca sera condamné à huit mois d'emprisonnement avec sursis. "Malgré des menaces, malgré cette peine, il continue à penser que c'est une victime", déplore aujourd’hui Judith Chemla. "Il se sent au-dessus des lois, mais il devrait avoir honte et se tenir tranquille".

Lire aussi

Depuis la publication des photos sur Instagram, Judith Chemla a reçu le soutien de nombreuses personnalités du monde de spectacle. Mais aussi d’anonymes, qui se reconnaissent en elle. "Certaines femmes n'ont plus le courage de se battre, et j'ai des témoignages bouleversants qui me disent : grâce à vous, je reprends le combat."

À ces victimes, elle lance un message clair. "N'ayez pas peur : ne retirez jamais, jamais, jamais une plainte que vous déposez. Ne la retirez jamais. On vous intimidera. On m'a intimidée, on m'a culpabilisée", rappelle la comédienne qui entend également se battre pour que sa fille ne devienne pas "une victime consentante de violences conjugales".


Jérôme Vermelin

Sur le
même thème

Articles

Tout
TF1 Info