Le WE

La femme derrière la Vénus de Botticelli

Publié le 26 septembre 2021 à 20h36
JT Perso

Source : JT 20h WE

La Vénus de Botticelli, la version la plus connue d’une femme qui a hanté la vie et l’œuvre de l’artiste. Il l’a peinte des dizaines de fois. Derrière cette obsession, une jeune florentine, sa muse, près de laquelle il a demandé à être enterré.

L’une vient de Berlin, l’autre de Florence. Ces deux Vénus, réunies à Paris, figurent parmi les best-sellers de la Renaissance. Botticelli a peint cette vision d’une beauté dénommée la Vénus pudique. Même pose, même geste de la main, mais ce nue sur une toile est, pour l’époque, une petite révolution.

Copié mais jamais égalé. Il faut dire qu’avec cette Vénus surgit des eaux, Botticelli atteint les sommets de son art. Sa déesse évanescente semble irréelle. Pourtant, elle a bel et bien existé. Elle s’appelle Simonetta Vespucci et voici son portrait.

“Simonetta était très belle. Elle a été célébrée par les poètes de son temps. Et malheureusement, comme il arrivait souvent à l’époque, elle meurt très jeune, fauchée par la maladie. Elle est passée à la prospérité comme l’une des plus belles femmes de Florence”. Simonetta est partout dans l’œuvre du peintre. Ni tout à fait la même ni tout à fait une autre, comme dans son célèbre “ Printemps”, resté à Florence. “Déesse” ou “Madone”, ses figures féminines adoptent toutes les mêmes canons de beauté.

Le musée Jacquemart André a réussi à rassembler un cinquantaine d’œuvre de Botticelli. Cinq siècles plus tard, elles portent encore en elles une part de rêve.


La rédaction TF1 Info

Tout
TF1 Info