"Un prédateur sexuel" : ce qui est reproché à Jean-Luc Lahaye, accusé de viols sur mineures

La rédaction de LCI avec Georges Brenier
Publié le 5 novembre 2021 à 17h21
JT Perso

Source : TF1 Info

JUSTICE – Jean-Luc Lahaye, 68 ans, a été mis en examen vendredi soir pour viols sur mineures. Les enquêteurs disposent de nombreux éléments matériels. La vedette des années 80 dénonce de son côté un "complot".

Star des années 1980, Jean-Luc Lahaye, a été déféré ce vendredi 5 novembre devant un juge d'instruction qui l'a mis en examen pour viols sur mineures et placé en détention provisoire. L'interprète de "Papa chanteur", âgé de 68 ans, est visé par les accusations de deux jeunes filles, âgées de moins de 18 ans au moment des faits supposés. 

Selon nos informations, Jean-Luc Lahaye réfute formellement ces accusations, évoquant de ses propres mots "un complot" fomenté par ses deux victimes présumées. La première, née en 1998, dénonce des faits supposés commis entre 2013 et 2015. La seconde, née en 2000, dénonce des faits qui auraient été commis entre 2016 et 2018. Le chanteur, de son côté, parle de relations sexuelles consenties. Il assure n'avoir jamais usé de la violence et ne s'être adonné à aucun chantage. 

Une messagerie cryptée

Toujours selon nos informations, les enquêteurs disposeraient pourtant de nombreux éléments matériels, notamment des vidéos et photos, et des centaines de messages écrits. Le chanteur des années 80 aurait en effet demandé à ces deux jeunes filles de télécharger une application cryptée dite "BBM" (messagerie sécurisée sur BlackBerry, ndlr) pour échanger avec elles. Elles ont conservé et donné aux enquêteurs lesdits messages.

Les premières rencontres se faisaient ensuite lors des concerts de Jean-Luc Lahaye. 

La première victime assure avoir subi à plusieurs reprises des actes sexuels sans acte préliminaire, et sans consentement éclairé. Des rapports sexuels "incessants", décrits comme "douloureux et violents" par la victime présumée, qui n'osait y renoncer de peur que son "idole" ne l'oublie. Elle assure que le chanteur en profitait pour la frapper à coups de gifles, de coups de cravache et de ceinture.

D'après les enquêteurs, seul l'assouvissement de ses pulsions sexuelles importait.

Des "fans inconditionnelles" du chanteur

Sa seconde victime présumée s'est dite, elle aussi, "sous l'emprise totale" du chanteur, qui aurait fait d'elle "sa chose"

En 2014, alors qu'elle était entendue par la police judiciaire car elle semblait déjà être victime de violences sexuelles de la part de l'artiste, Jean-Luc Lahaye et sa fille auraient, selon elle, orchestré toute son audition, allant jusqu'à lui dicter ce qu'elle devait dire aux policiers. 

Les deux victimes présumées assurent que pour conserver son "emprise", le chanteur multipliait les attentions, les cadeaux et les promesses de vie commune ou d'enfants. Elles ont confié s'être souvent senties humiliées, choquées et salies par les pratiques sexuelles du chanteur. 

Lire aussi

D'après nos informations, Jean-Luc Lahaye ciblait des jeunes filles "immatures, naïves affectivement, sans aucune expérience sexuelle", mais aussi "fans inconditionnelles" de lui. Le chanteur est soupçonné de les avoir manipulées "pour obtenir d'elles l'exécution sans consentement de la moindre de ses déviances sexuelles", souvent violentes. 

Les juges évoquent un "comportement rôdé" et "une technique d'hameçonnage" de ses victimes. "Il était indéniable que le chanteur s'apparentait à un prédateur sexuel", écrivent policiers et magistrats.


La rédaction de LCI avec Georges Brenier

Tout
TF1 Info