VIDÉO – Le top 5 des plus grands tubes de Daniel Balavoine

Katia Rimbert
Publié le 13 janvier 2016 à 17h28
VIDÉO – Le top 5 des plus grands tubes de Daniel Balavoine

PLAYLIST – À l'occasion des trente ans de la mort du chanteur, la chaîne TMC lui rend hommage ce soir, en diffusant le documentaire "Balavoine : sa vie, sa bataille". Metronews vous propose de (re)découvrir les cinq plus belles chansons de l'artiste.

Le chanteur (1978) : Auteur-compositeur-interprète, Daniel Balavoine a plus d'une corde à son arc. Mais, au début de sa carrière, l'artiste peine à trouver le succès. Quelques semaines après l'album "Starmania", qui reprend les tubes de la comédie musicale, il sort son troisième album, intitulé "Le Chanteur". La chanson éponyme est un immense succès. Le titre, très mélancolique, raconte les espoirs et les désillusions d'un artiste en devenir. Les premières paroles "J'me présente, je m'appelle Henri..." résonne comme un joli pied de nez au destin.


► 
Je ne suis pas un héros (1980) : Initialement, le titre avait été écrit pour Johnny Hallyday. Il devait figuré sur l'album "À partir de maintenant" du rockeur. Mais, la vie en a décidé autrement. Extrait de l'opus "Un autre monde", Je ne suis pas un héros est un hymne intemporel. Daniel Balavoine y parle de la célébrité avec les tripes, comme on ne l'avait jamais fait à l'époque. La chanson sera d'ailleurs reprise par Johnny dix ans plus tard, dans une version live. 


► 
Mon fils, ma bataille (1980) : C'est un des plus grands tubes du chanteur, et pour cause il fait directement référence à l'un de ses musiciens. Inspiré du divorce de son guitariste et ami Colin Swinburne, Mon fils ma bataille est également extrait de l'album "Un autre monde". Le texte traite d'un sujet encore tabou, mais Daniel Balavoine arrive à faire passer son message en musique. 


 L'Aziza (1985) : Dans un registre plus pop, L'Aziza est le plus grand succès de l'album "Sauver l'amour" (avec plus d'un million d'exemplaires vendus), mais aussi certainement le plus engagé. Le titre a été écrit en hommage à Corinne, la femme de l'artiste qui est juive et marocaine. Le 7 décembre 1985, Daniel Balavoine sera récompensé du prix de la Chanson anti-raciste, par le Président de l'association SOS Racisme, Harlem Désir. 


 Tous les cris les SOS (1985) : Autre single extrait de l'album "Sauver l'amour", le morceau est et reste un hymne à la solitude. Plus de vingt ans après sa sortie, il nous bouleverse encore et toujours dès les premières notes. Un an après le décès de Daniel Balavoine, en 1997, le titre deviendra l'hymne officiel des Enfoirés, ce qui lui donnera un second niveau de lecture et d'écoute.


Katia Rimbert

Tout
TF1 Info