VIDÉO - "Pandemia" : dans ce thriller paru en 2015, Franck Thilliez anticipait la pandémie de Covid-19

Publié le 10 avril 2020 à 17h13

Source : Sujet TF1 Info

INTERVIEW – C’est un roman qui prend une dimension toute nouvelle à la faveur de la crise sanitaire actuelle. Dans "Pandemia", paru en 2015, Franck Thilliez décrivait la propagation en France d’un virus grippal méconnu similaire à celui du Covid-19. Confiné chez lui dans le Nord de la France, il s’est confié à LCI.

C’est l’une des plumes incontournables du thriller français. L’une des plus documentées aussi. Dans "Pandemia", paru en 2015, Franck Thilliez mettait Franck Sharko et Lucie Henebelle, son couple de flics fétiches, aux prises avec un virus grippal inconnu qui après avoir infecté les cygnes d’une réserve naturelle de l’Hexagone, allait s’étendre à l’ensemble de la population française, et au-delà de nos frontières. Prémonitoire ? "Je décrivais un peu tout ce qu’on a vécu dans les premiers jours de cette pandémie de Covid-19", reconnaît l’écrivain auprès de LCI, depuis son domicile du Nord de la France, comme vous pouvez le voir dans la vidéo ci-dessus.

Pour construire son intrigue, Franck Thilliez s’était à l'époque appuyé sur les travaux des chercheurs de l’Institut Pasteur de Lille. "J’étais allé les voir pour essayer de comprendre comment fonctionnait une pandémie. Comment elle apparaissait, comme elle se propageait et surtout quel type de microbe choisir", insiste l’écrivain. "On peut être attiré par Ebola parce que c’est peut-être le plus impressionnant, celui que tout le monde connait. Mais en discutant avec eux, ils m’ont dit qu’il valait mieux prendre un virus qui a l’air d’être un peu plus passe-partout - comme la grippe -, parce que les gens s’en méfient beaucoup moins."

Le Covid-19 surprend-il ce féru d’étude scientifique ? "Ce qui est toujours impressionnant c’est de se dire qu’il y a eu un porteur au début, une seule personne et puis un mois après on a des centaines de milliers de personnes qui sont infectées partout à travers le monde. Et puis ce virus est quand même extrêmement virulent, un peu fourbe puisqu’il résiste au froid, au chaud, on peut le trouver sur les surfaces. Il est invisible et on peut le porter sans le savoir. C’est peut-être là le vrai danger : que les porteurs sains n’ont pas conscience de l’avoir sur eux et peuvent le répandre. D’où l’intérêt de rester chez soi."

Parrain de l’Institut Pasteur de Lille, Franck Thilliez a ouvert une cagnotte en ligne afin de soutenir ses équipes dans leurs recherches. En attendant la parution de son prochain roman, "Il était deux fois", chez Fleuve le 4 juin prochain, il s’est déjà plongé dans l’écriture du suivant. D’après lui la propagation du Covid-19 et les drames qu’il engendre auront, tôt ou tard, une influence sur son travail, comme celui de ses collègues. "Je pense qu’elle va imprégner nos personnages. Dans leurs comportements, dans leur manière d’interagir, on sentira qu’il y a eu cette pandémie qui est une grande croix noire dans l’Histoire de notre humanité." 


Jérôme VERMELIN

Tout
TF1 Info