"The Voice" : tout ce qui vous attend dans la nouvelle saison dès le 25 février sur TF1

Publié le 17 janvier 2023 à 18h41, mis à jour le 8 février 2023 à 10h54

Source : The Voice

La 12e saison de "The Voice" sera diffusée à partir du 25 février sur TF1.
Elle sera dotée d'un jury flambant neuf composé d'Amel Bent, Zazie, Vianney, Bigflo et Oli.
Présentée par Nikos Aliagas, elle réserve de belles surprises et même une première mondiale.

"On va encore étonner les téléspectateurs". Ce mardi 17 janvier, alors que les équipes de "The Voice" sont en plein tournage des cross-battle, TF1 organisait une conférence de presse pour présenter la douzième saison de "The Voice" au sein même du Studio du Lendit (Saint-Denis). Aux côtés de Nikos et des coachs, Mathieu Grelier affiche une mine réjouie. "Cette émission est magique, à la fois la même et très différente selon les saisons", estime le directeur des programmes chez ITV Studio. 

Cette année, la production a reçu près de 50.000 candidatures – "des gens ordinaires aux voix extraordinaires" – pour une centaine de talents retenus. Un record. "Après 12 ans, l'enthousiasme est toujours aussi intact", admet de son côté l'indéboulonnable Nikos Aliagas. "C'est le plus gros programme de plateau de la télévision française (…) C'est une institution", renchérit Rémi Faure, directeur des Programmes de Flux du groupe TF1, qui se réjouit d'une saison "dynamique avec une énergie de dingue".

Comme je suis le grand frère, j'ai la priorité pour buzzer !
Bigflo

Les fans de "The Voice" auront droit à de nombreuses nouveautés, à commencer par le jury composé d'Amel Bent, Zazie, Vianney, Bigflo et Oli. "C'était dur de refuser", admettent les petits nouveaux qui se partageront un double fauteuil composé d'un seul buzzer. Une première en France. "Comme je suis le grand frère, j'ai la priorité pour buzzer ! D'ailleurs, je l'ai fait une ou deux fois sans l'accord d'Oli", s'amuse Bigflo qui se dit "choqué" par le niveau des talents qui ont beaucoup chanté en français. 

"Ça chante bien en France, vocalement, c'est même indécent parfois", admet Amel Bent dont ce sera la quatrième saison. "Moi, je me suis rapidement senti à la maison", lance Vianney qui rempile pour une troisième saison. Quant à Zazie, elle retrouve le fauteuil rouge pour la sixième fois. "On rigole bien, ça chambre avec bienveillance, surtout avec Bigflo et Oli. On n'est pas de la même génération, alors forcément quand ils me parlent de Twitch, moi, je crois qu'ils me parlent du Twist", sourit la chanteuse. 

Exit le 5e coach et le vol de talent

En revanche, il n'y aura pas de cinquième coach comme avec Nolwenn Leroy en 2022. "Il y avait déjà beaucoup de coachs", a expliqué Pascal Guix, le producteur artistique du programme. En revanche, un coach surprise est prévu lors de l'étape des "super cross battles" pour aider le public à départager les talents. Exit aussi le vol de talent. Les coachs – qui ne pourront plus repêcher des candidats – auront droit à 14 talents par équipe. "Une consigne qui n'a pas forcément été suivie", souligne avec amusement Pascal Guix.

Pour se renouveler, les équipes n'ont pas manqué d'imagination. En plus du double fauteuil, la production a instauré une nouvelle règle : le "super block". Pour la première fois dans l'histoire de "The Voice", toutes versions confondues, les coachs pourront bloquer un de leur camarade à tout moment, jusqu'au débriefing. Le coach bloqué verra alors son fauteuil se retourner. De quoi donner lieu à des situations cocasses…

Mais ce n'est pas tout : l'étape des "cross battles" a également été totalement repensée. Désormais, chaque coach sera entièrement immergé dans sa battle, puisqu'il sera assis dans un fauteuil à côté de ses talents au centre de la scène". "C'est comme être au premier rang d'un concert. Ça crée une tension émotionnellement stressante", admet Vianney. 

"Au départ, ça ne m'a pas plu, car je fonctionne beaucoup en regardant mes talents dans les yeux", admet Amel Bent. "Je me suis rendu compte que c'était en fonction des talents, j'ai aimé et détesté à la fois". Bigflo n'est pas du même avis. "Je ne comprends pas pourquoi ça n'avait jamais été fait avant. Je trouve ça logique, ça nous implique davantage". 


Rania HOBALLAH

Tout
TF1 Info