Sept à huit

VIDÉO - Les prénoms de ses enfants, ses origines modestes... Jamel Debbouze se confie dans "Sept à Huit"

M.D. | Interview Audrey Crespo-Mara
Publié le 4 juillet 2022 à 15h25
JT Perso

Source : Sept à huit

L’humoriste Jamel Debbouze a répondu dimanche aux questions d’Audrey Crespo-Mara dans l’émission de TF1 "Sept à Huit".
Ses origines modestes, la polémique autour des prénoms de ses enfants... Regardez le replay de cette interview.

Malgré les années qui passent, il a toujours le même regard plein de malice, la même espièglerie. Jamel Debbouze revient du Maroc où il vient de fêter les dix ans du festival du "Marrakech du rire". Avec ce langage qui n’appartient qu’à lui, ses jambes sur ressorts et cette main dans la poche dont il a fait un signe distinctif, il a passé sa vie à faire rire les autres, et a ouvert la voie à toute une nouvelle génération d'humoristes. L’artiste aujourd’hui âgé de 47 ans se confie à Audrey Crespo-Mara dans la vidéo en tête de cet article, le portrait de la semaine de l’émission "Sept à Huit" diffusée ce dimanche.

Natif de Trappes dans les Yvelines, Jamel Debbouze vit aujourd’hui sur la très chic île Saint-Louis, avec sa compagne, la journaliste Mélissa Theuriau, et leurs deux enfants, Léon et Lila. Mais l’humoriste n’oublie pas d’où il vient. Sa mère était femme de ménage et son père agent d’entretien dans le métro. "Ils avaient un problème avec la poussière, il fallait que tout soit clean", plaisante-t-il. Dédramatiser les choses de la vie, Jamel Debbouze en a fait sa marque de fabrique. "Il arrivait parfois qu’il n’y ait pas tout ce qu’il faut dans le frigo. Et ma mère criait : ‘Ramadan surprise !’. C’était amené d’une manière drôle, dont tout passait", relate-t-il.

C’est le prénom de mes enfants, leur avis m’importe peu. (…) Je suis français corps et âmes. Et c’est la résultante de tout ça

Jamel Debbouze

S’il dit avoir vécu une enfance "fabuleuse", tout n’était pas rose non plus tous les jours. "L’enfance est un peu courte dans ces endroits, parce que la misère faisait grandir plus vite, reconnait-il. À 13 ans, je lisais des courriers, je savais que les huissiers arrivaient et qu’il fallait tout cacher", se souvient-il. 

Bien qu’il ne renie pas ses origines modestes, certains lui reprochent parfois de s’être embourgeoisé, notamment en critiquant le choix du prénom de son fils, âgé de 10 ans, et celui de sa fille, qui a 7 ans. "Il s’appelle Léon, Ali. Et elle, c’est Lila, Fatima, Brigitte, qui sont les prénoms de mère et de ma belle-mère. Leur avis m’importe peu. (…) Je suis français corps et âmes. Et c’est la résultante de tout ça", assume-t-il sans détours.


M.D. | Interview Audrey Crespo-Mara

Sur le
même thème

Articles

Tout
TF1 Info