VIDÉO - "Les années 1980, c’est fun !" : à la rencontre des (très) jeunes fans de "Stranger Things"

Jérôme Vermelin
Publié le 24 juin 2022 à 17h14
JT Perso

Source : TF1 Info

Une boutique éphémère consacrée à "Stranger Things" a ouvert ses portes ce vendredi sur les Champs-Élysées.
Un temple dédié aux héros de la série des frères Duffer, dont la saison 4 cartonne sur Netflix.
TF1info a profité de la visite pour rencontrer de jeunes fans complètement accros aux années 1980.

Une boutique consacrée à Stranger Things à deux pas du Disney Store des Champs-Élysées ? Tout un symbole à l’ère où les plateformes de streaming font trembler les vieux studios hollywoodiens ! Alors que la saison 4 de la série phénomène empile les records d’audience, Netflix a décidé de lui consacrer une boutique éphémère, un "pop-up store" sur la plus prestigieuse avenue du monde pendant tout l'été. À une heure de l’ouverture, ce vendredi matin, quelques dizaines de fans sont impatients de découvrir cet espace de plus de 400 m² consacré aux aventures d’Eleven et ses camarades de la petite bourgade d’Hawkins, en proie à d’étranges phénomènes dans l’Amérique des eighties.

"Stranger Things, c’est un univers", insiste Cora, 21 ans. "Le jeu des acteurs est incroyable, les décors et les effets spéciaux sont très bien faits. J’aime tout." Venu de Rennes avec sa meilleure amie, Matthieu, 20 ans, a découvert la série à la sortie de la troisième saison, en 2019. "Et là, j’ai regardé les nouveaux épisodes assez rapidement malgré les partiels", avoue-t-il. "Moi, j’ai toujours aimé Stranger Things", précise pour sa part Emma, 16 ans, fière d'être fan depuis la première saison en 2016. "À l’époque, je partageais ça avec un groupe de copines. On ne se voit plus beaucoup depuis alors l’arrivée de la saison 4, ça ravive des souvenirs." Comme quoi on peut être nostalgique à n’importe quel âge.

Ma mère est née à cette époque et on a regardé les premières saisons ensemble. C’est génial que cette série réunisse les générations

Kay, une touriste américaine

À l’intérieur, la plateforme a mis le paquet en recréant plusieurs décors déjà cultes. On retrouve d’emblée l’appartement de la famille Byers, où le jeune Will, prisonnier du Monde à l’envers, communique avec Joyce, sa mère, par l’intermédiaire des lettres lumineuses, accrochés au mur. On a même croisé une platine 33 tours et un téléphone filaire, rendez-vous compte ! Au sous-sol, les visiteurs débarquent dans le rutilant Starcourt Mall, avec ses couleurs pop et ses bornes d’arcade vintage. À chaque niveau, des goodies en pagaille, t-shirt, peluches, rollers en ligne et autres gadgets à l’effigie des personnages. Attention tout de même aux prix, les parents pourraient se fâcher encore plus fort que le Démogorgon en découvrant le ticket de caisse. 

Comme chaque saison, Stranger Things s’appuie sur une B.O. qui regorge de tubes qui cartonnaient à une époque où la plupart de ses spectateurs n’étaient pas nés. C’est encore le cas cette saison avec "Running Up That Hill", le hit de la chanteuse anglaise Kate Bush qui cartonne depuis un mois dans les charts et sur les plateformes de streaming. "J’aime bien l’ambiance de cette chanson", confirme Emma. "C’est une période dont mon père m’a parlé, il m’a fait écouter des musiques quand j’étais petite. J’aime aussi beaucoup la façon dont les gens étaient habillés."

Lire aussi

Dans la file d’attente, on a également croisé Kay, une Américaine de 20 ans en visite à Paris avec ses deux meilleures amies, raides dingues de Millie Bobbie Brown, l’interprète d’Eleven. "Les années 80, c’est fun ! Ma mère est née à cette époque et on a regardé les premières saisons ensemble. C’est génial que cette série réunisse les générations", dit-elle, enthousiaste. "Mais s’il vous plaît ne me spoilez pas, j’attends de rentrer aux États-Unis pour voir la saison 4 avec mon copain !". Tout ça ne nous rajeunit pas.


Jérôme Vermelin

Tout
TF1 Info