Après des années où elle a gardé secrets les moments durs de sa vie, Pamela Anderson a décidé, à 55 ans, de se livrer.
Après un documentaire sur Netflix, elle publie une autobiographie qu'elle assure avoir écrite elle-même.
Elle a livré un témoignage poignant face à Audrey Crespo-Mara dans "Sept à Huit" ce dimanche.

Loin de l'image de bimbo de Hollywood qui l'a rendue star, mais l'a consumée, Pamela Anderson est aujourd'hui une femme engagée. Et l'icône des années 90 a dû parcourir un long chemin pour trouver sa voie et enfin trouver "la liberté" et le bonheur. Une évolution sur laquelle elle revient, sans tabou, face à Audrey Crespo-Mara dans la vidéo de "Sept à Huit" ci-dessus. 

Une interview réalisée à Santa Monica, en Californie, où elle vit désormais la moitié du temps. Tout un symbole quand on sait que la localité se situe à seulement 30 km de Malibu, dont le téléfilm éponyme l'avait jadis élevée au rang de sex-symbol mondial. Mais à 55 ans, Pamela Anderson est à présent une femme apaisée et elle raconte, sur TF1, le chemin de vie d'une enfant blessée, d'une femme battue. Celui aussi d'une femme-objet pour les hommes, devenue femme engagée pour les animaux.

Ce que j'ai ressenti enfant me hante encore, comme des fantômes qui vous accompagnent toute votre vie
Pamela Anderson

"Mes parents se disputaient beaucoup et j'étais comme une protectrice de mon petit frère. J'ai donc toujours eu cet instinct maternel", raconte l'actrice au début de son entretien avec Audrey Crespo-Mara. Celle qui a grandi avec un père alcoolique se souvient de sa maladie "dévastatrice" qui a beaucoup fait souffrir sa mère. "Ce que j'ai ressenti enfant me hante encore, comme des fantômes qui vous accompagnent toute votre vie". D'autant qu'alors que Pamela Anderson est âgée "de quatre ou cinq ans", elle est abusée sexuellement par sa baby-sitter qui "menaçait de s'en prendre à mon petit frère si je ne faisais pas les choses avec elle". "Les gens n'auraient jamais soupçonné une femme, c'est la chose la plus difficile qui me soit arrivé dans ma vie", assure l'icône des années 90.

Le calvaire de l'ex-top model ne s'arrête pas là puisqu'elle affirme avoir été violée par un homme de 25 ans alors qu'elle n'était âgée que de 12 ans. Des drames qui l'ont poussée à tenter de se "libérer" de son corps, en s'exposant notamment comme une "bimbo" en Une de magazines comme Play-Boy. "J'ai eu l'impression que Play-Boy me permettait de reprendre les choses en main, cette sexualité, mais aussi mon corps, tout ce qui me concerne. Je voulais que ce soit à mes conditions. C'est comme ça que j'ai inversé les rôles", explique Pamela Anderson.

Des photos qui la propulsent sur le devant de la scène, faisant d'elle une icône mondiale. Une renommée qu'elle assoit avec son rôle dans la célèbre série "Alerte à Malibu", où elle devient un véritable sex-symbol. Une période qu'elle a vécue en ayant l'impression d'être "une simple spectatrice" raconte celle qui assure ne pas avoir voulu, au début, participer à la série. Mais le succès d'Alerte à Malibu est difficile à gérer pour Pamela Anderson : "Quand j'ai commencé à comprendre que les gens me confondaient avec mon rôle, j'ai eu l'impression d'être obligée d'être ce personnage de dessin-animé, qui a pris son envol sans moi", dévoile l'ancienne mannequin.

L'appel de Brigitte Bardot

Une image que l'actrice a toujours assumée. "Je n'avais pas l'impression d'être une femme-objet, j'avais l'impression d'avoir le contrôle de ma vie et de vivre mon rêve. J'étais heureuse, j'étais capable de payer mon loyer, mes factures... J'ai connu de graves difficultés financières dans mon enfance, et le fait de pouvoir m'occuper de mes parents, de mon frère, de tous ceux que j'aimais, je me sentais autonome", se remémore-t-elle. Une période heureuse durant laquelle elle rencontre toutefois des hommes maltraitants, souvent attirée par des "bad boys", peut-être "par défi ou peut-être parce que cela reproduisait ce qu'avaient vécu mes parents", tente d'expliquer Pamela Anderson. 

Son premier mari, le très sulfureux Tommy Lee condamné à six mois de prison pour des violences à son égard, a ainsi été "l'amour de sa vie" et son couple d'alors "très proche de ce qu'avaient vécu" ses parents. Une union de laquelle naîtront deux petits garçons, mais dont la fin aura été particulièrement difficile pour l'ex-actrice. "C'est très difficile de quitter quelqu'un qu'on aime, même s'il y a des violences physiques", assure-t-elle.

Après ces années de combat, Pamela Anderson a finalement "donné un sens à sa vie" en s'engageant dans la défense des animaux, inspirée par Brigitte Bardot. "Un jour, elle m'a appelé et elle m'a dit : 'Tu es ma fille, tu dois continuer à avancer et te battre pour les animaux', c'était très gentil et vraiment incroyable", se souvient-elle. "Les animaux m'intéressent plus que les hommes !", s'amuse l'actrice, affirmant qu'ils "parlent avec leur cœur. Ce ne sont pas juste des paroles et des mensonges". 

Désormais, elle espère faire "bouger les choses" pour la cause animale et estime qu'aujourd'hui, "en tant que femme", c'est le "meilleur moment de [sa] vie". "Si on assume son parcours, le bon comme le mauvais, ce que je fais, il y a la liberté au bout, il y a l'amour au bout. C'est là où je suis aujourd'hui", conclut Pamela Anderson.


La rédaction de TF1info | Propos recueillis par Audrey Crespo-Mara

Tout
TF1 Info