Alec Baldwin auteur d'un tir mortel lors du tournage d'un western

Tir mortel d'Alec Baldwin : le scénario du drame se précise, deux techniciens mis en cause

Jérôme Vermelin
Publié le 26 octobre 2021 à 6h32
JT Perso

Source : TF1 Info

DRAME – Un rapport d’enquête préliminaire éclaire les circonstances dans lesquelles l’acteur Alec Baldwin a fait un mort et un blessé grave sur le tournage du film "Rust", jeudi dernier au Nouveau-Mexique. Si la thèse accidentelle est privilégiée, le rôle deux techniciens chargés du maniement des armes interroge.

Comment Alec Baldwin a-t-il pu donner la mort à la directrice de la photographie Halyna Hutchins et blesser le réalisateur Joel Souza sur le tournage du western Rust, dans un ranch au Nouveau-Mexique ? Plus de trois jours après les faits, un rapport préliminaire d’enquête, que l’AFP a pu consulter, permet de mieux comprendre le scénario du drame.

On y apprend notamment l'acteur Alec Baldwin était assis sur un banc dans un décor d’église et qu’il s'entraînait à dégainer son arme, pointée vers la caméra, quand le coup fatal est parti. Joel Souza a expliqué aux enquêteurs avoir entendu ce qui ressemblait au "bruit d'un fouet, et un gros pan !" alors qu'il se tenait derrière Halyna Hutchins.

Après le coup de feu, la jeune femme "s'est agrippée l'abdomen" et a dit ne plus sentir ses jambes, a précisé le réalisateur, ajoutant qu'elle avait "commencé à trébucher en arrière" et avait été "aidée à se mettre par terre". De son côté, la cadreuse Reid Russell a précisé que la scène n'avait pas été filmée, car l'équipe se préparait à tourner.

Un professionnel expérimenté montré du doigt

Hormis Alec Baldwin, deux personnes ont manié l'arme d’après Joel Souza. La première est Hannah Gutierrez Reed, une armurière de cinéma de 24 ans. C'est elle qui avait préparé le revolver, et l'avait placé sur un chariot avec deux autres armes. Après le coup de feu, elle s'était vu confier l'arme et avait collecté la douille usagée, avant de les remettre aux policiers à leur arrivée.

La deuxième, c’est l'assistant réalisateur Dave Halls, un professionnel expérimenté qui avait tendu l'arme à l'acteur. Aux premières heures de l’enquête, il avait affirmé que l'arme était "froide", c'est-à-dire non chargée d'une balle réelle en jargon cinématographique. Joel Souza a toutefois dit "ne pas être sûr" que l'arme ait subi un nouveau contrôle de sécurité après la pause déjeuner de l'équipe.

Tir mortel d'Alec Baldwin : y a-t-il eu des failles de sécurité ?Source : JT 20h WE
JT Perso

Si tout acte de malveillance semble écarté, Dave Halls souffrirait d'une réputation négative pour avoir laissé se dérouler des pratiques dangereuses sur les tournages, a avancé NBC News dimanche. "Il ne créait pas un environnement de travail sûr", a déclaré à la chaîne d'informations Maggie Goll, une accessoiriste qui cite notamment le blocage des issues de secours ou l'absence de réunions de sécurité.

Lire aussi

Aucune poursuite n'a encore été engagée dans cette affaire où la thèse accidentelle reste donc privilégiée. Outre-Atlantique, le drame a lancé un débat sur la sécurité des équipes et l'utilisation d'armes sur les plateaux. Une pétition sur le site change.org, appelant à l'interdiction des armes à feu réelles sur les tournages et à de meilleures conditions de travail pour les équipes, avait récolté plus de 24.000 signatures lundi.


Jérôme Vermelin

Sur le
même thème

Articles

Tout
TF1 Info