Viggo Mortensen : "Je ne supporte pas qu’on prenne le spectateur pour un idiot"

Le service METRONEWS
Publié le 17 juin 2014 à 13h22
Viggo Mortensen : "Je ne supporte pas qu’on prenne le spectateur pour un idiot"

INTERVIEW. Le héros du "Seigneur des Anneaux" et "History of violence" séduit et inquiète dans "The Two faces of January", thriller solaire à l’ancienne adapté de Patricia Highsmith. Rencontre avec un acteur à l’image de son dernier film : élégant et intelligent.

Connaissiez-vous le livre de Patricia Highsmith avant le film ?
Je l’ai lu après le scénario et, sincèrement, c’est l’un de ses romans les moins intéressants. Mais le scénario de Hossein Amini est bien meilleur que le livre. Dans le film, les personnages sont bien plus complexes, moins lisibles, et évoluent davantage : leur vrai visage se dévoile peu à peu, à mesure que l’étau se resserre sur eux. 

Vous avez potassé votre mythologie pour le film ?
Pour moi, chaque film est un excellent prétexte pour se cultiver. J’avais déjà quelques rudiments appris à l’école mais j’ai approfondi mes connaissances sur place, en Grèce et en Turquie, notamment sur le mythe de Janus, le dieu au double visage auquel le titre du film fait référence. Nos personnages ont comme lui une double identité, chacun prétendant être autre chose que ce qu’il est.

Le réalisateur a apporté un soin particulier aux décors, aux ambiances...
Malgré son casting "hollywoodien" et ses financements américains, Hossein a signé un film très européen, sophistiqué et intelligent. Il ne prend pas le spectateur pour un imbécile mais le laisse réfléchir, interpréter. Cette liberté, il l’a eue car il s’agit d’un petit film. Car, aujourd’hui, dès qu’il y a beaucoup d’argent en jeu, on prend le spectateur pour un idiot, on lui mâche le boulot. Au cinéma comme à la télévision. Ca m’insupporte.

"On m’avait proposé la série Vikings"

Vous a-t-on déjà proposé un rôle à la télé d’ailleurs ?
On m’avait proposé la série Vikings, sans doute en raison de mes origines scandinaves, mais j’ai refusé. Je ne veux pas être enchainé à un projet pour une période trop longue. Je veux pouvoir accepter un film quand j’en ai envie, voyager, voir ma famille, prendre le temps de peindre, faire de la photo, suivre la coupe du monde de foot, monter mes projets ...

Vous allez réaliser ?
Je travaille toujours sur mon premier film The Horsecatcher, un western sans cowboys... mais avec des Indiens ! Je dois trouver des soutiens financiers maintenant.

Et ferez-vous un clin d’œil dans le dernier épisode du Hobbit ?
Mon personnage n’est pas dans l’histoire. Cela dit, ils auraient pu l’intégrer car ils ont pris beaucoup de libertés avec le livre. Bien plus que sur Le Seigneur des Anneaux qui reste pour moi une expérience inoubliable.


Le service METRONEWS

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info