Qui est Brigitte Giraud, la 13e femme lauréate du Prix Goncourt ?

par Jérôme VERMELIN
Publié le 3 novembre 2022 à 14h33
JT Perso

Source : TF1 Info

La romancière Brigitte Giraud s'est vue décerner le Prix Goncourt 2022 pour "Vivre vite", publié chez Flammarion.
Elle y raconte, plus de 20 ans après, les événements qui ont précédé la mort de son mari dans un accident de moto.
À 56 ans, elle est seulement la treizième femme à remporter la plus prestigieuse récompense littéraire française.

C’est le roman d’un drame intime. Mais son auteure l’a imaginé le plus universel possible car, dit-elle, "l’intime, la décence, c’est ce qui relie au collectif". Dans Vivre vite, Prix Goncourt 2022, Brigitte Giraud, 56 ans, raconte les événements a priori anodins qui ont précédé la mort de son mari Claude en 1999, dans un accident de moto alors qu’il allait chercher leur fils à l’école.

"Si je n’avais pas voulu vendre l’appartement", "Si j’avais accepté que notre fils parte en vacances avec mon frère", "Si Stephen King était mort dans le terrible accident qu’il a eu trois jours avant Claude", "Si j’avais eu un téléphone portable"… La romancière s’interroge sur ces petites décisions, comme on en prend tous, et qui, misent bout à bout, ont déclenché un drame qui a bouleversé son existence.

La passion des mots et de la musique

Née en Algérie, et installée à Lyon depuis de longues années, Brigitte Giraud a consacré toute sa vie ou presque à la littérature. Après des études de lettres, elle est brièvement traductrice dans l’industrie puis journaliste, libraire, programmatrice de festival ou encore éditrice puisqu’elle dirige de 2010 à 2016 chez Stock la collection La Forêt, en hommage à une chanson de The Cure. Passionné de rock comme son défunt mari, critique musical pour Le Monde, elle publie notamment le chanteur Dominique A.

Depuis La chambre des parents, en 1997, cette femme discrète est l’auteure de onze romans dont Marée Noire, Une année étrangère, prix du jury Jean Giono ou encore Pas d’inquiétude, l’histoire d’un couple qui doit faire face à la maladie de son enfant, adapté à la télévision avec Isabelle Carré et Grégory Fitoussi. Dans l'avant-dernier, Jour de courage, un ado s'interrogeait sur sa sexualité en découvrant le parcours de Magnus Hirschfeld, le médecin juif-allemand qui lutta pour les droits des homosexuels au début du XXᵉ siècle.

C’est très agréable. Mais pas en tant que femme mais en tant que personne qui travaille la littérature depuis de longues années

Brigitte Giraud, à l'annonce de son Goncourt

En 2001, Brigitte Giraud racontait déjà les semaines qui avaient suivi la mort de Claude dans le récit À présent. À l’époque maman d’un jeune garçon, elle surmonte le chagrin grâce à l’écriture, avec en point d’orgue le Goncourt de la nouvelle en 2007 pour le recueil L’amour est très surestimé. Si elle a choisi de revenir sur ce drame fondateur, c’est sans doute parce que la blessure ne s’est jamais tout à fait refermée.

AFP

"Je ne sais plus à quand remonte ce projet d’écrire à partir d’hypothèses, mais ce que je sais, c’est que l’accident de mon compagnon est inexpliqué", révélait-elle à France Inter début septembre." On m’a rendu un rapport de police qui posait plus de questions qu’il ne donnait de réponses. Et j’ai eu besoin de mener une enquête sur mon existence, sur nos existences à la fin du XXᵉ siècle, et sur la façon dont tous les événements se sont enchaînés de façon plus ou moins foutraque." Manière aussi, selon elle, d’interroger la notion de destin.

Lire aussi

Si elle est la treizième femme seulement à remporter le Goncourt dans son histoire centenaire, la première depuis Leïla Slimani avec Chanson Douce en 2016, Brigitte Giraud a tenu à relativiser cette dimension. "C’est très agréable", a-t-elle réagi depuis le restaurant Drouant, entourée d’une forêt de caméras. "Mais pas en tant que femme mais en tant que personne qui travaille la littérature depuis de longues années".


Jérôme VERMELIN

Tout
TF1 Info