"Week-end Family" : Éric Judor irrésistible en père de famille recomposée pour Disney+

Delphine DE FREITAS
Publié le 22 février 2022 à 10h00, mis à jour le 22 février 2022 à 13h57
JT Perso

Source : Sujet TF1 Info

L’humoriste est le héros de la première série française de la plateforme du groupe aux grandes oreilles, disponible dès ce mercredi 23 février.
Il incarne Fred, un ostéopathe parisien qui tous les week-ends reçoit ses trois filles nées de trois mères différentes et leur présente sa nouvelle compagne.
"Je joue un peu celui que je suis en vrai avec mes enfants", nous explique l’acteur.

Le week-end, c’est souvent sacré. Pour Fred, c’est surtout musclé. Père célibataire, il profite de ces deux jours pour vivre à 100 à l’heure avec ses trois filles. Trois boules d’énergie nées de trois mères différentes qu’il faut réussir à suivre. Clara, 15 ans, est aussi rebelle qu’écolo. Victoire, 12 ans, a le goût de risque du cascadeur Rémi Julienne et la maladresse de Pierre Richard. Quant à Romy, 9 ans, c’est simple : elle tyrannise tout le monde. Leur vie est vite chamboulée par l’arrivée d’Emmanuelle, doctorante en psychologie venue du Québec dont va "tomber en amour" le héros. 

C’était un petit miracle d'avoir Éric Judor

Sophie Reine, co-réalisatrice

Essayer Week-end Family, c’est l’adopter. La preuve, on a dévoré les huit épisodes de 26 minutes sans s'arrêter. Parce qu’on se sent bien chez Fred et sa bande. Disponible en intégralité dès le 23 février, la première série française de Disney+ est aussi drôle que rafraîchissante. Et parfaitement ancrée dans son époque. La co-réalisatrice Sophie Reine cite la sitcom délurée Malcom et les Simpson parmi ses influences. "J’avais ça en tête avec moi sur le plateau, dans les blagues, les réparties, l’énergie, la vitesse", explique celle qui a collaboré avec Pierre-François Martin-Laval. Elle a signé les quatre derniers épisodes, lui les quatre premiers. Mais c’est ensemble qu’ils ont façonné leur casting, point-clé de la réussite de cette tendre comédie familiale.

"On a évidemment envisagé pleins de Fred hyper différents les uns des autres", nous raconte Sophie Reine. Mais le choix se porte rapidement sur Éric Judor. "Il connaît PEF depuis très longtemps, c’est lui qui a mis en scène ses premiers spectacles avec Ramzy. On s‘est dit que ce serait dingue que ce soit lui. Il est venu à Paris, on a échangé. C’était un petit miracle", poursuit la réalisatrice dans un grand sourire. Daphnée Côté-Hallée parle elle d’un "sacré fou" pour évoquer son partenaire de jeu.

Je suis venu avec le déguisement de Pluto le premier jour mais on m’a dit que je jouais Fred

Éric Judor

La jeune Canadienne de 28 ans, qui tient ici son premier grand rôle, n’a pas cherché à en savoir plus sur lui avant de le rencontrer. "Je connaissais ses films avec Quentin Dupieux, je connaissais Éric et Ramzy… Mais je ne voulais pas arriver et être impressionnée", nous explique-t-elle. "Je savais la réputation qu’il avait en France parce que tous les Français à Montréal m’ont dit : 'Tu vas tourner avec Éric Judor ? Mais c’est une star !'", se souvient-elle. À ses côtés, le principal intéressé semble presque gêné par tant de bons mots, préférant s’enthousiasmer au sujet de son nouvel employeur aux grandes oreilles. 

"Disney, c’est les inventeurs du divertissement. C’est tous mes premiers souvenirs d’émotions d’enfant", souligne Éric Judor. Quand on lui demande s’il a dû s’adapter à l’univers de Mickey, il nous taquine. Forcément. "Je suis venu avec le déguisement de Pluto le premier jour mais on m’a dit que je jouais Fred", s’amuse-t-il. Le découvrir dans cet univers plus lisse surprend. Mais le voir galérer dans la peau d’un père de famille débordée est franchement plaisant. On rit de bon cœur devant Week-end Family qui place Éric Judor dans un environnement très "girl power".

Je ne me suis jamais dit que je pourrais faire un duo avec une femme. Et c’est ce qu’on fait avec Daphnée

Éric Judor

"C’est la première fois que je tourne avec autant de femmes", reconnaît Éric Judor qui en a profité pour faire un bilan très personnel. "Je me suis rendu compte au fil des années que mon public était très masculin. Et je sais pourquoi : parce que je ne fais que des duos avec des mecs, que mes histoires sont des histoires de mecs et que mon environnement, c’est beaucoup de mecs… C’est débile de se cantonner à ça", admet-il. 

"Je me suis surtout surpris à trouver de la complicité en vannes avec des femmes. C’est con comme révélation mais elle venue tardivement. Parce que je concevais uniquement – et c’est débile ce que je vais dire - un rapport de séduction un peu à la con avec les femmes. J’ai fait ma carrière avec Ramzy. J’ai aussi été en binôme dans Platane avec Hafid Benamar, qui joue Stan dans Week-end Family. Je ne me suis jamais dit que je pourrais faire un duo avec une femme. Et c’est ce qu’on fait avec Daphnée", assure-t-il. Il est fier de dire que "ça a cliqué tout de suite" avec sa camarade québécoise, avec qui il a "créé un truc plus bienveillant et moins trash" que ce à quoi il nous a habitués.

Je dis des horreurs aux enfants dans "Platane". Mais là, je devais jouer un peu celui que je suis en vrai avec les miens

Éric Judor

En interview, Daphnée Côté-Hallé glisse "être fatiguée de rire" à cause de son partenaire. L’ambiance était la même sur le tournage, Sophie Reine nous confiant avoir "flippé de ne pas finir les journées dans les temps parfois" à cause de longs fous rires provoqués par "les andouilleries" d’Éric Judor. L’humoriste a "beaucoup improvisé" sur le plateau mais toujours "avec l’intelligence du personnage". "C’est dur au montage parce que tout est chouette. Il se réapproprie d’une certaine façon le texte", détaille la réalisatrice.

Tous les week-ends, Fred reçoit ses filles Clara, Victoire et Romy dans la série "Week-end Family". - Disney
Lire aussi

Liona Bordonaro (Clara), Midie Dreyfus (Victoire) et Roxane Barazzuol (Romy) ont suivi. "Elles se sont adaptées de façon hallucinante. Elles lui répondaient même s’il leur sortait des gros trucs pour les déstabiliser", témoigne Sophie Reine. "J'ai dit des horreurs aux enfants dans Platane. Mais là, je devais jouer un peu celui que je suis en vrai avec les miens", note l'acteur de 53 ans qui en a cinq dans la vraie vie. "Je ne leur fais pas de vannes hardcore, je fais des vannes qui les font rire mais ne blessent personne. Quoique...", s'arrête-t-il avant de reprendre. "Je pense que ma grande de 22 ans, j’ai dû la traumatiser. Elle m’a dit un jour : 'Tu sais Papa, le second degré on ne l’a pas au début'", lâche-t-il. Un dur apprentissage que font aussi ses filles de fiction à l'écran. Avec une saison 2 à la clé ? On l'espère !


Delphine DE FREITAS

Sur le
même thème

Articles

Tout
TF1 Info