Yann Moix condamné en appel pour avoir diffamé son frère Alexandre

par Rania HOBALLAH
Publié le 18 octobre 2022 à 12h06
JT Perso

Source : Sujet JT LCI

Depuis la parution du roman "Orléans" en 2019, les deux frères se livrent une bataille sans merci.
L'écrivain avait qualifié son frère Alexandre de "très, très proche" de l'extrême droite sur C8.
Le 13 octobre, il a été condamné par la cour d'appel de Paris à payer 4000 euros au plaignant.

La guerre fratricide se poursuit. L'écrivain et réalisateur Yann Moix a été condamné en appel pour avoir diffamé son frère Alexandre, qu'il avait qualifié de "très, très proche" de l'extrême droite, selon un jugement dont l'AFP a obtenu copie mardi. Relaxé en première instance dans cette affaire en novembre 2021, Yann Moix a été condamné par la cour d'appel de Paris, le 13 octobre, à payer 1000 euros de dommages et intérêts, et 3000 euros au titre des frais de justice du plaignant.

Alexandre Moix, 49 ans, reprochait à son célèbre frère de 54 ans, divers propos tenus lors d'une émission télévisée sur C8 en novembre 2019. La cour en a retenu deux à caractère diffamant : "Mon frère était très, très proche de groupuscules néonazis", et "C'est lui, Alexandre Moix, qui était proche de groupes d'extrême droite". Les deux hommes se vouent une rancœur très tenace, qui remonte à l'enfance. Chacun reproche à l'autre de nuire à sa réputation par de violentes attaques verbales.

Lire aussi

Alexandre Moix a toujours nié avoir eu une quelconque activité politique. Quant à Yann Moix, il avait dû reconnaître des écrits antisémites remontant au début des années 1990, qui ont ressurgi à l'été 2019. Yann Moix, qui a publié en août le roman Paris, ne s'était présenté à aucune des deux audiences.

Après Orléans en 2019, où le romancier racontait avoir subi des sévices de la part de ses parents, Alexandre Moix avait publié une lettre ouverte où il dénonçait un tissu de mensonges. "J'ai subi 20 ans durant des sévices et des humiliations d'une rare violence de sa part. Ceux-là mêmes qu'il décrit dans son roman, en les prêtant à nos parents", écrivait-il.


Rania HOBALLAH

Tout
TF1 Info