10 milliards d’euros d’économies : le plan du gouvernement pour tailler dans les dépenses

par I.N
Publié le 19 février 2024 à 13h03

Source : JT 20h WE

Bruno Le Maire a annoncé dimanche sur TF1 abaisser la prévision de croissance de la France à 1% en 2024 (au lieu de 1,4%).
Dès lors, l'État doit économiser "10 milliards d'euros" cette année.
Comment va-t-il s'y prendre ?

Le gouvernement à la recherche de dix milliards d'euros. Invité du 20H de TF1 dimanche 18 février, le ministre de l'Économie et des Finances Bruno Le Maire a confirmé un coup de rabot sur la croissance française en 2024. Elle doit s'afficher à 1%, contre 1,4% initialement.

Dès lors, afin de respecter ses objectifs budgétaires, l'État doit réaliser "un effort de dix milliards d'euros d'économies", a-t-il affirmé (voir vidéo en tête de cet article). Bruno Le Maire le promet : ces économies se feront uniquement sur "les dépenses de l'État", sans toucher à "la Sécurité sociale, ni les collectivités locales". "On gagne moins, donc on dépense moins", telle est la logique affichée par le ministre.

Certaines politiques publiques dans le viseur

Cinq milliards d'euros doivent d'abord être économisés "immédiatement" dans les "dépenses de fonctionnement" de l'État. "Tous les ministères seront mis à contribution, à hauteur de ce qu'ils représentent dans le budget national, et devront moins dépenser pour leur fonctionnement", a assuré Bruno Le Maire. Des économies "sur l'énergie" dépensée par les ministères, mais aussi "sur l'immobilier" ou encore sur "les achats" devront être réalisées.

Les cinq milliards d'euros restants concernent, eux, les politiques publiques. "Nous allons réduire de près d'un milliard d'euros l'aide publique au développement", qui correspond au soutien financier de la France à certains pays en difficulté. 

Certaines économies pourraient aussi directement vous concerner, à l'instar du dispositif MaPrimeRénov', qui permet de bénéficier d'une aide de l'État pour rénover certains logements. "Nous ferons une économie d'un milliard d'euros", a précisé Bruno Le Maire. "Nous avions annoncé une enveloppe supplémentaire d'1,6 milliard de 2023 à 2024, ce sera 600 millions."

En outre, les "opérateurs de l'État", à savoir "toutes les institutions qui dépendent de l'État - il y en a des centaines", sont à leur tour invités à se serrer la ceinture. "Chacun va contribuer à hauteur de quelques dizaines de millions d'euros" à ce plan d'économies, a conclu Bruno Le Maire, assurant qu'aucune hausse d'impôt ni de taxe n'est sur la table.


I.N

Tout
TF1 Info