Alstom : feu vert du gouvernement pour General Electric

Le service METRONEWS
Publié le 20 juin 2014 à 17h57
Alstom : feu vert du gouvernement pour General Electric

ECONOMIE - Arnaud Montebourg a annoncé ce vendredi que l'Etat allait entrer dans le capital d'Alstom à hauteur de 20%. Le gouvernement s'est également prononcé en faveur de General Electric. Le groupe français a annoncé vendredi que son conseil d'administration se réunirait d'ici à lundi pour statuer sur les différentes offres de reprises.

Le gouvernement a tranché. Le ministre de l'Economie Arnaud Montebourg a annoncé ce vendredi après-midi que l'Etat allait entrer dans le capital d'Alstom à hauteur de 20% et ainsi devenir l'actionnaire majoritaire du groupe. Le gouvernement a également donné son feu vert pour une alliance avec General Electric (GE), tout en prévenant qu'il y aurait des "pénalités" si les engagements de GE sur l'emploi n'étaient pas tenus.

"En terme de méthode, c'est l'anti-Florange", a commenté Manuel Valls à propos du choix de l'État de soutenir GE dans ce dossier.  "Ce choix, nous le devons beaucoup à l'engagement d'Arnaud Montebourg", a estimé le Premier ministre. 

Offre concurrente de Siemens et Mitsubishi

La bataille pour Alstom avait rebondi une énième fois dans la matinée. Le tandem germano-nippon Siemens/Mitsubishi avait annoncé améliorer son offre face à son concurrent américain General Electrics (GE). Il met maintenant 8,2 milliards d'euros sur la table en cash, contre 7 milliards d'euros dans une première mouture présentée lundi, selon leur communiqué. Siemens met aussi à disposition son activité de signalisation pour la création d'une coentreprise dans "le management de la mobilité".

Les deux patrons Joe Kaeser (Siemens) et Shunichi Miyanaga (MHI) ont présenté cette nouvelle version à François Hollande ce vendredi après-midi. Le président français devait aussi recevoir Jeff Immelt, PDG du géant américain General Electric. Auparavant, le chef de l'Etat a réuni autour de lui en matinée, pour la deuxième fois en moins de 24 heures, son Premier ministre Manuel Valls, le ministre de l'Economie Arnaud Montebourg et son homologue de l'Energie Ségolène Royal pour un dernier tour de table.

Le CE d'Alstom statuera lundi sur les offres

Mais le dernier mot reviendra à Alstom, qui a annoncé vendredi matin une réunion de son conseil d'administration "d'ici lundi". Pour tenter d'arracher la mise, General Electric avait lui aussi présenté dès jeudi une offre améliorée de rachat d'Alstom, qui inclut une concession de taille au gouvernement. GE veut désormais créer trois coentreprises à parité (turbines à vapeur, réseaux et énergies renouvelables) avec le groupe français Alstom et lui céder son activité de signalisation, en sus des 12,35 milliards d'euros en cash déjà sur la table pour ses activités énergie. Les dés sont lancés. Au CE d'Alstom de statuer.


Le service METRONEWS

Tout
TF1 Info