SANCTION – La ville d’Amsterdam vient d’infliger une amende record de près de 300.000 euros pour sanctionner la location de plusieurs appartements via la plateforme Airbnb.

Tout a débuté par des voisins mécontents. Après une enquête déclenchée à la suite de la plainte de résidents excédés par les nuisances qu’ils subissaient, la municipalité d’Amsterdam a infligé une amende record de 297.000 euros à un propriétaire et un service de conciergerie qui louaient la bagatelle de 11 appartements via la plateforme Airbnb, tous situés dans une même rue du centre-ville de la capitale néerlandaise. 

"Ces appartements, privés, ne peuvent être loués plus de 60 jours par an", a expliqué Jeanine Harders, porte-parole de la municipalité, citée par l’AFP, refusant de préciser quelles autres législations locales le propriétaire et la société avaient enfreintes. 

Déjà 200 amendes appliquées en 2016

Si l’amende est cette fois-ci particulièrement salée, la capitale néerlandaise n’en est pas à son coup d’essai. Selon Jeanine Harders, environ 200 amendes visant des locations Airbnb ont été prononcées en 2016. 

Depuis son lancement, il y a huit ans, la plateforme californienne de location de meublés entre particuliers connaît un succès qui a obligé plusieurs grandes villes comme Amsterdam, Berlin, New York, Barcelone ou encore Paris à  prendre des mesures afin d’encadrer une pratique qui peut s’avérer très rémunératrice

Des réglementations qui se durcissent

Ainsi, Berlin a tout simplement interdit la location de meublés à des touristes au risque de se voir punir d’une amende de 100.000 euros. A New York, ce type de location ne peut excéder 30 jours. Tandis qu’à Barcelone, il faut désormais posséder une licence pour pouvoir louer son appartement grâce à Airbnb. Et gare aux contrevenants. En juillet dernier, la capitale catalane a infligé une amende de 30.000 euros à plus de 130 particuliers-loueurs. 

Enfin à Paris, la location de son appartement à une clientèle de passage ne peut excéder quatre mois. Elle est soumise à la taxe de séjour. Pour une résidence secondaire, la réglementation en vigueur impose que le propriétaire qui souhaite louer son logement à des personnes de passage obtienne une autorisation de changement d’usage dont l’absence peut être sanctionné par une amende de 25.000 euros assortie d’une astreinte d’un montant maximal de 1000 euros par jour et par m2 jusqu’à régularisation de la situation du logement. 


La rédaction de TF1info

Tout
TF1 Info