La BCE va probablement relever ses taux directeurs : en quoi cela pourrait directement vous concerner

par Theodore AZOUZE avec AFP
Publié le 24 juillet 2023 à 9h15

Source : Sujet TF1 Info

La Banque centrale européenne devrait augmenter une nouvelle fois ses taux directeurs pour lutter contre l'inflation.
Attendue d'ici jeudi, cette décision pourrait notamment avoir des conséquences sur l'emprunt des ménages.

La Banque centrale européenne (BCE) serre encore la vis contre la hausse des prix. L'instance monétaire européenne devrait annoncer jeudi 27 juillet une nouvelle hausse de ses taux directeurs face à une inflation jugée toujours trop élevée. En juin, la présidente de la BCE, Christine Lagarde, estimait déjà qu'un relèvement du taux directeur était "très probable" durant ce mois de juillet. "Pratiquement tout le monde s'attend à une augmentation de 0,25 point de pourcentage", comme le mois dernier, déclarait la semaine passée Joachim Nagel, directeur de l'influente banque centrale allemande, la semaine dernière. Cela porterait le taux de dépôt des liquidités bancaires à la BCE, qui fait référence, à 3,75%.

L'emprunt rendu plus compliqué pour les ménages

Cette nouvelle hausse interviendrait alors que l'institution n'a cessé de relever ses taux contre l'inflation qui touche l'Union européenne depuis la fin de la pandémie de Covid-19 et le début de la guerre en Ukraine, en février 2022. La BCE, qui a pour mission de stabiliser les prix du le marché monétaire européen, utilise la hausse de ces taux comme un outil d'influence sur la consommation dans la zone euro. 

Comment ce relèvement pourrait-il avoir des conséquences sur l'état de vos finances ? Les banques, dont la première source de liquidité est la BCE, devront donc emprunter à un taux plus élevé auprès de l'institution monétaire. Or, avec une telle hausse, les répercussions sur les clients de ces banques sont presque mécaniques. Pour compenser cet argent plus coûteux, ces dernières vont augmenter leurs propres taux de prêt, rendant l'emprunt des ménages et des entreprises plus difficile, car plus cher. 

Objectif pour la BCE : limiter la hausse des prix

En faisant ce choix, la BCE espère limiter l'ampleur de la demande dans la zone euro, en contrôlant la consommation. L'espoir de l'institution est que cela réduise la capacité des entreprises et commerces à augmenter les prix, tout en modérant les revendications salariales. La Banque centrale se sent pressée d'enfoncer encore le clou car, hors énergie, le ralentissement de la croissance des prix est encore très limité. D'un record de 7,9% en mars 2023, l'agrégat, l'indicateur utilisé par la BCE pour l'inflation, a timidement baissé à 6,9% en juin 2023. 

Cette stratégie classique de relèvement des taux afin de limiter l'inflation n'est cependant pas exempte de critiques, notamment parmi les pays les plus fragiles de la zone euro, dans le sud du continent. Ces États craignent des risques "plus élevés de créer une situation plus difficile pour la croissance au niveau européen", expliquait ainsi, il y a quelques jours, le ministre des Finances portugais Fernando Medina. 

Malgré ces réserves, la BCE devrait poursuivre dans les prochains mois sa stratégie d'un cap monétaire rigoureux. Christine Lagarde répète d'ailleurs depuis quelque temps qu'il reste "du chemin à parcourir" à la Banque centrale pour vraiment peser sur les prix.


Theodore AZOUZE avec AFP

Tout
TF1 Info