Coronavirus : l'impact économique de la pandémie

Brexit et pandémie : pourquoi les enfants britanniques risquent d'être privés de bonbons

par Frédéric SENNEVILLE
Publié le 2 juillet 2021 à 17h31
Brexit et pandémie : pourquoi les enfants britanniques risquent d'être privés de bonbons

Source : GLYN KIRK / AFP

C'EST BEAU LA VIE - Le confiseur allemand Haribo a prévenu ses clients britanniques : faute de chauffeurs de poids lourds, il lui sera difficile d'alimenter les rayons en bonbons cet été, faisant planer une menace de pénurie pour les enfants du pays.

Dernière manifestation en date des problèmes d'approvisionnement que connaissent de nombreuses filières dans le monde ? Le cas des bonbons Haribo, dont pourraient bientôt être privés les enfants britanniques. Un imbroglio qui illustre la spécificité du Royaume-Uni de l'après-Brexit. Car si toute l'Europe de l'après-pandémie connaît des difficultés au niveau de la disponibilité des produits ou des matières premières, la Grande-Bretagne, elle, y ajoute un manque dramatique de chauffeurs de poids-lourds. Près de 100.000 contrats de travail supplémentaires seraient en effet nécessaires pour éviter que l'été qui débute ne soit celui des pénuries alimentaires.

L'heure est grave. Ici ce n'est pas comme en France le crocodile de gélatine de Haribo qui est roi, mais son ourson doré. Et il pourrait bientôt ne plus être livré aux détaillants britanniques. Un porte-parole de la firme allemande a ainsi annoncé à ses clients que, "comme c'est le cas pour beaucoup de fabricants et de détaillants dans tout le pays, nous faisons face à un défi avec le manque de chauffeurs au niveau national." Derrière la formule ampoulée, un constat simple : Haribo ne parvient pas à acheminer tous ses produits jusqu'aux rayons du Royaume-Uni. Si le confiseur promet de "travailler avec ses partenaires" de la filière alimentaire pour "trouver une solution au problème", celui-ci semble dépasser en ampleur les possibilités d'un acteur unique du secteur.

Car c'est bien tout le pays qui est touché par la pénurie de chauffeurs de poids lourds, dont 60 à 100.000 manqueraient à l'appel. Notamment car la plupart des routiers du Royaume proviennent des pays de l'Est, dont beaucoup sont rentrés chez eux lors des phases de confinement. Ils sont désormais réticents à revenir, pour des raisons multiples, qui tiennent tant à la lourdeur administrative induite par le Brexit, qu'au bas niveau des salaires ou aux complications routières accrues en Grande-Bretagne. Mécaniquement, les transporteurs s'arrachent les chauffeurs à prix d'or, donc facturent le fret plus cher, et l'impact sur les prix devrait se faire sentir rapidement pour le consommateur. 

Vers un "été des pénuries"

Si une hausse des prix au détail semble inéluctable, plus grave encore serait la rupture de l'approvisionnement. Pour éviter que les rayons ne se vident inexorablement, le gouvernement britannique a entamé des discussions avec les acteurs de la filière agro-alimentaire. Sont ainsi évoqués un allègement des restrictions de temps de conduite, ou encore une facilitation des permis de conduire, pour former de nouveaux chauffeurs. Faute d'accord, les patrons du secteur ont prévenu : on pourrait s'acheminer vers "un été des pénuries". Et même au-delà, puisque le retour des élèves dans les cantines scolaires en septembre prochain va faire exploser la demande.

Lire aussi

Dans le monde entier, des situations insolites comme celle des bonbons Haribo interpellent. Ainsi a-t-on récemment observé une flambée du prix de la palette de transport, ou une pénurie de l'acier qui prive les producteurs de tomate italiens de boîtes de conserve. Anecdotiques en apparence, ces effets inattendus de la tension sur les approvisionnements dans quasiment toutes les filières, pourraient aussi être les premiers symptômes de pénuries autrement graves.


Frédéric SENNEVILLE

Tout
TF1 Info