Carburants : pourquoi le prix de l'essence a davantage augmenté en France que dans le reste de l'Europe

par Marius BOCQUET avec AFP
Publié le 4 mai 2023 à 17h27

Source : JT 20h Semaine

Le prix moyen hors taxe à la pompe du SP95 en France a augmenté de 12,5% entre le 21 février 2022 et le 1er mai 2023.
En moyenne, ces tarifs sont pourtant revenus à leur niveau d'avant-guerre dans la zone euro, selon les chiffres de la Commission européenne.
Le président d'UFIP Energies et Mobilités explique les raisons de cette augmentation en France.

La France est le pays de la zone euro où le prix de l'essence a le plus augmenté par rapport à son niveau d'avant-guerre. Selon les chiffres de la Commission européenne, publiés chaque semaine, le prix moyen à la pompe du SP95 affiche 1,91 euro par litre au 1er mai, contre 1,79 euro le 21 février 2022,  soit une augmentation de 6,7% depuis l'invasion de l'Ukraine par la Russie.

Alors que dans l'ensemble de la zone euro, le prix moyen à la pompe de l'essence est de 1,79 euro selon les derniers chiffres de Bruxelles, soit quasiment au même prix qu'avant la guerre en Ukraine, comme le souligne BFMTV ce jeudi. 

Des augmentations en partie dues aux biocarburants

"Si je regarde la différence entre le prix à Rotterdam, qui est le prix des produits finis pétroliers pour tous les pays en Europe, et le prix hors taxe à la pompe en France, en mars 2022, sur le sans plomb, on était à 21 centimes d'écart", souligne Olivier Gantois, président d'UFIP (Union française des industries pétrolières) Energies et Mobilités, qui s'appuie sur des chiffres de la Transition écologique publiés cette semaine.

"Ces 21 centimes servent à couvrir tous les coûts de la distribution pour apporter un carburant jusqu'à la station service et au client final", explique-t-il. "Ce même différentiel cette semaine est à 28 centimes, donc il a augmenté de 7 centimes par litre, ce qui est considérable", affirme-t-il.

Deux éléments permettent d'expliquer cette augmentation, selon Olivier Gantois. La première, c'est "l'augmentation du surcoût des biocarburants, à cause de l'augmentation des marchés des matières premières agricoles". "En France, on met entre 8 et 9% de biocarburant à la fois dans les essences et dans le gazole. Avec la guerre en Ukraine et les tensions sur les marchés des matières premières agricoles, les prix des matières agricoles ont augmenté considérablement", développe-t-il.

Plus de surcoûts liés aux grèves

L'autre explication, ce sont les certificats d'économie d'énergie (CEE), un "dispositif français par lequel le distributeur de carburant a obligation de faire faire des économies d'énergie à ses clients", explique-t-il. "Cela consiste à participer au coût d'isolation d'une maison, de changement de matériel de chauffage, d'investissement dans les mobilités douces, et ce dispositif des CEE a vu son objectif augmenter", poursuit le président d'UFIP Energies et Mobilités.

Sur les grèves, "en mars il y a eu des surcouts de distribution quand les raffineries étaient arrêtées car il fallait aller chercher le carburant ailleurs pour approvisionner les stations services", rappelle Olivier Gantois. "Mais depuis quelques semaines les raffineries ont redémarré, donc je ne pense pas qu'il y ait de surcout liées au grève", considère-t-il. "En tout cas, je ne suis pas capable de l'estimer".

Selon Dominique Schelcher, le patron de Système U, interrogé par BFMTV, cette augmentation du prix hors taxes de l'essence en France s'explique également par une "reconstitution de marge" de la grande distribution, qui ne cherche plus à tirer les prix du carburant vers le bas dans ses stations-service.


Marius BOCQUET avec AFP

Tout
TF1 Info