Comment le chômage a évolué depuis 2012 et le quinquennat Hollande

Nicolas Vanel
Publié le 27 septembre 2016 à 18h59
Comment le chômage a évolué depuis 2012 et le quinquennat Hollande

Source : AFP

INFOGRAPHIES – L'infléchissement marqué du nombre de demandeurs d’emploi ces derniers mois a été stoppé net en août. Auparavant, depuis mai 2012, la courbe du chômage n’avait quasiment cessé de croître, jusqu’à frôler les 3,6 millions de chômeurs en février dernier.

Au mois d’août, le gouvernement a enregistré l’un de ses pires résultats sur le front de l’emploi avec 50.200 demandeurs d’emploi supplémentaires inscrits à Pôle emploi. Un bond qui ramène le nombre de chômeurs au niveau de janvier et efface  ainsi les améliorations constatées depuis le début de l’année et la perspective d’une inversion de la courbe du chômage, juge de paix de la candidature de François Hollande à sa propre succession. 

Si l'on se réfère au début du quinquennat, la France métropolitaine compte aujourd’hui 632.000 chômeurs sans aucune activité de plus qu’en mai 2012 (catégorie A de Pôle emploi). Malgré la forte remontée d’août, qui s’explique en partie par une progression inhabituelle du nombre d’actualisations, l’inflexion est cependant nette depuis novembre 2015. Jamais toutefois au cours des quatre dernières années, la baisse du nombre de demandeurs d’emploi  ne s’est poursuivie durant trois mois consécutifs. Or c'est justement la définition de l’inversion de la courbe.

Cette inversion est toutefois est bel et bien en cours si l’on prend les données de l’Insee sur l’évolution du taux de chômage. Préférée par les économistes, cette donnée se base sur la définition du chômage fournie par le Bureau international du Travail (BIT) et permet les comparaisons internationales sur le sujet. C’est notamment le chiffre pris en compte par la Commission européenne pour élaborer ses statistiques en termes d’emploi au niveau communautaire. 

Selon ce traitement, qui ne subit pas les aléas administratifs, à la différence des chiffres de Pôle emploi, le taux de chômage en France a reflué au 2e trimestre à 9,6%. En 2015, il avait atteint 10,4%, plaçant la France aux portes du dernier tiers des pays connaissant le plus fort taux de l’UE. Bien loin du plein emploi que connaissent nos voisins allemands (4,6%). 

VIDEO - L'UNEDIC, qui gère l'assurance chômage, a publié ce mardi ses prévisions pour les prochains mois et elle ne prévoit pas d'inversion durable de la courbe du chômage, bien au contraire. 

Chômage : baisse en 2016, hausse en 2017, l’UNEDIC souffle le chaud et le froidSource : JT 20h Semaine
Cette vidéo n'est plus disponible

Nicolas Vanel

Tout
TF1 Info