Covid-19 : le défi de la vaccination

Face au variant Delta, le télétravail joue les prolongations aux États-Unis

AL
Publié le 6 août 2021 à 17h50
JT Perso

Source : JT 20h Semaine

TÉLÉTRAVAIL - Face à la propagation du variant Delta aux États-Unis, de nombreuses entreprises modifient leurs règles sanitaires et reportent la date de retour au bureau de leurs employés.

Les employés d'Amazon devaient revenir au bureau le 7 septembre, ils n'y retourneront finalement pas avant janvier 2022. Comme le géant du commerce en ligne, de nombreuses entreprises américaines font le choix de repousser le retour obligatoire de leurs employés au bureau, face à la nouvelle vague de contamination, provoquée par le variant Delta.

Ainsi, Microsoft a reporté à début octobre la réouverture complète de ses bureaux, laissant même la possibilité aux salariés s'occupant de personnes vulnérables ou parents d'enfants ne pouvant pas être vaccinés de rester en télétravail jusqu'en janvier. 

De même pour le gestionnaire d'actifs BlackRock ou la banque Wells Fargo, mais aussi pour les salariés de Google, Facebook ou Twitter. Alors qu'un retour dans les bureaux avait été amorcé, les entreprises font marche arrière et surveillent de près la propagation du variant Delta. Après une recrudescence de cas, des Etats comme la Floride ou le Texas voient ainsi leur niveau d'infections repartir très fortement à la hausse. 

"Nous suivons le variant Delta dans différentes parties du pays et surveillons de près les dernières directives des responsables de la santé publique et des autorités gouvernementales locales", déclare ainsi le directeur des opérations de BlackRock, Rob Goldstein, dans un mémo aux salariés, ajoutant "nous savons que cela suscite des inquiétudes quant au retour au bureau".

Lire aussi

La forte propagation du virus et la recrudescence des cas seraient également liées au faible de taux de vaccination dans le pays. Face à un ralentissement de la campagne, les entreprises sont sous pression pour agir auprès de leurs employés. 

Certaines misent alors sur des mesures d'incitation. Wells Fargo, qui compte près de 260.000 employés, a annoncé que les salariés obtiendraient huit heures de congés payés pour leur permettre de se faire vacciner. La société américaine de fonds d'investissement Vanguard offre, elle, une prime de 1.000 dollars.    

Un choix que n'ont pas adopté d'autres groupes comme Google ou Facebook qui ont de leur côté rendu la vaccination obligatoire pour tous leurs employés.


AL

Tout
TF1 Info