Covid-19 : avec la reprise économique, l'industrie française commence à se relocaliser

M.G avec AFP
Publié le 7 décembre 2021 à 12h57

Source : JT 13h Semaine

PRODUCTION NATIONALE - Après les perturbations logistiques liées au Covid, le tissu industriel est en train de se modifier en profondeur, indique le cabinet Trendeo dans le baromètre de l'industrie mardi.

Entre pénuries, craintes de manquer et difficulté à s'approvisionner en équipements : le Covid-19 a mis à nu les failles d'une mondialisation à outrance. Au fil de la reprise économique, le tissu industriel évolue désormais en profondeur et les relocalisations d'industries se multiplient. Au fur et à mesure de la reprise des investissements - qui ont retrouvé en 2021 leur niveau d'avant Covid - les entreprises ont également plus de scrupules à produire à l'étranger, pointe le baromètre de l'industrie publié mardi par le cabinet Trendeo.

Selon cet indicateur, la distance moyenne entre le lieu de décision d'un investissement et le lieu de l'investissement s'est établie à 3 120 kilomètres à mi-2021. En 2020, elle a encore baissé de presque 5%, maximum observé par le baromètre depuis sa création en 2016. "Il y a bien une contraction des chaînes mondiales de production", estime David Cousquer, fondateur de Trendeo, société spécialisée dans l'analyse de données sur les tendances économiques. "Il y a une régionalisation des investissements industriels mondiaux, on voit que c'est une tendance de fonds", abonde Gwenaël Guillemot, directeur de l'Institut de la réindustrialisation et responsable du département Industrie à l'école d'ingénieurs (CESI). 

115 relocalisations en France depuis 2019

Comme de nombreux autres pays, l'Hexagone bénéficie de cette nouvelle tendance. "En France, les relocalisations sont en forte hausse", indique le baromètre. Pas moins de 115 ont été identifiées depuis septembre 2019. En outre, 45 implantations ayant généré plus de 5 emplois ont également eu lieu. "Avant France Relance (le plan de relance post-Covid déployé par le gouvernement, nldr), on comptait en moyenne une dizaine de cas de relocalisations par an en France, avec un pic à une trentaine de projets en 2014 grâce à l'activisme du ministre de l'Industrie de l'époque Arnaud Montebourg. Mais la mayonnaise n'avait pas pris", argue Gnenaël Guillemot. "Il y a bien quelque chose qui se passe, et cela impacte surtout le tissu industriel des PME", ajoute-t-il. 

Malgré tout, l'effet de ces relocalisations en France tarde encore à se faire sentir sur l'emploi. "31.740 emplois ont été délocalisés entre 2009 et 2021, et 4885 emplois ont été créés, relocalisés dans le même temps" sur le territoire, affirme le directeur du CESI. Mais "un dynamisme industriel apparaît dans les territoires", nuance-t-il toutefois. "Cela fait du bien à la France sur l'un de ses points faibles : les PME", confirme David Cousquer. Reste désormais à savoir dans quelle mesure va s'accélérer - ou au contraire s'essouffler - cette tendance dans les prochaines années. 


M.G avec AFP

Tout
TF1 Info