Coronavirus : l'impact économique de la pandémie

Perte de 8 milliards d'euros en 2020 : les syndicats estiment que Renault "limite la casse"

Maxence GEVIN
Publié le 19 février 2021 à 11h51, mis à jour le 19 février 2021 à 12h33
Les syndicats estiment que Renault "limite la casse" en 2020 malgré la perte de près de 8 milliards d'euros.

Les syndicats estiment que Renault "limite la casse" en 2020 malgré la perte de près de 8 milliards d'euros.

Source : Martin BUREAU / AFP

MARCHÉ AUTOMOBILE - Les syndicats CFDT et CGT de Renault ont souligné vendredi que les résultats 2020 de l'entreprise n'étaient pas "si mauvais" après notamment un deuxième semestre "encourageant".

Renault a enregistré une perte nette de près de huit milliards d'euros en 2020. Largement touché par le coronavirus, le constructeur automobile français souffre aussi de sa fragilité d'avant-crise. Les organisations syndicales affirment de leur côté que le bilan n'est pas "si mauvais" malgré des "pertes historiques". La CFDT et la CGT estiment notamment que les résultats du second semestre sont "encourageants" avec une perte de "seulement" 660 millions d'euros.

Les derniers mois de l'exercice écoulé auraient ainsi permis de minimiser le déficit de la firme. Renault "limite la casse" en 2020, martèle les organisations.

Les "efforts des salariés" malgré la crise sanitaire

Parallèlement, les syndicats louent les "efforts des salariés" du constructeur automobile lors de l'année écoulée. Ils "ont redoublé d'efforts pour un deuxième semestre encourageant, malgré un contexte difficile", note la CFDT dans son communiqué tout en rappelant que "la crise sanitaire a très fortement impacté l'organisation du travail (activité partielle, télétravail) et les conditions de travail en particulier en usine"

Même son de cloche du côté de la CGT, selon qui, Renault "peut remercier les efforts de ses salariés et de la collectivité". Ils "se sont fait confisquer des journées de congés afin de compléter l'indemnité d'activité partielle" versée par "la collectivité publique" pour porter "leur rémunération à 100%", tandis que l'entreprise "n'a nullement financé leur rémunération, même pas par solidarité", fustige-t-elle même. 

Les deux organisations syndicales attendent un geste de la firme envers ses employés pour reconnaître le travail supplémentaire déployé. Les efforts "méritent d'être récompensés", argue la CFDT qui "attend une reconnaissance juste et équitable" avec "une évolution des rémunérations". Le communiqué ajoute que la direction doit "donner un signal fort, clair et encourageant, indispensable pour motiver les équipes pour les années à venir" car "la compétitivité de Renault passe surtout par la motivation" de ses salariés. À noter que les négociations annuelles obligatoires (NAO) sur les salaires doivent débuter lundi prochain.


Maxence GEVIN

Tout
TF1 Info