Vacances : l'heure des grands départs

Vacances : carburant, péages... Combien coûteront vos trajets en voiture cet été ?

Sébastie MASTRANDREAS
Publié le 5 juillet 2022 à 16h59
JT Perso

Source : JT 20h Semaine

En un an, le coût des carburants a presque doublé, ce qui augmente considérablement les coûts des trajets des vacanciers cet été.
L'inflation n'épargne pas les autres services, tels que les péages, mais aussi les billets de train ou d'avion.
On fait le point sur les dépenses à prévoir sur la route des grandes vacances.

La saison des grandes vacances est lancée. En juillet et en août, des millions de vacanciers vont emprunter les routes de l'Hexagone pour profiter de leurs congés. Après deux années placées sous l'ombre du Covid-19, cet été 2022 s'accompagne, lui, d'une inflation record. Le coût des carburants, mais aussi des services comme les péages, ne sont pas épargnés.

Malgré cela, les vacanciers seront au rendez-vous sur les grands axes de France, à en croire les prévisions de Bison Futé. Mais alors, combien paieront-ils pour se rendre sur leur lieu de villégiature cette année ? La rédaction de TF1info fait le point sur le coût - indicatif - des trajets en voiture, vers les principales destinations de vacances en France.  

Le prix des carburants quasiment multiplié par deux en un an

Sans surprise, l'explosion des coûts des carburants ces derniers mois, dans le contexte de la guerre en Ukraine, est un facteur aggravant dans le budget des vacanciers. La dernière semaine de juin, le prix du gazole s'établissait à 2,06 euros le litre ; et celui de l'essence (SP95 -E 10), à 2,08 euros le litre, selon les derniers chiffres du ministère de la Transition écologique. Un an plus tôt, en juillet 2021, ces prix était quasiment deux fois moins élevés, s'élevant à 1,2 euro le litre pour le gazole ; et 1,93 euro le litre pour l'essence. 

Concrètement, sur un trajet Paris-Marseille (777 kilomètres), il faudra compter près de 80 euros de carburant pour une voiture diesel (qui consomme, neuve, en moyenne 5 litres au 100), et près de 100 euros pour une voiture à essence (6,8 litres au 100 en moyenne). À titre de comparaison, un an plus tôt, un tel trajet coûtait près de 50 euros pour une voiture diesel, contre près de 70 euros pour une essence sur une même distance. 

Selon les mêmes calculs, un aller Strasbourg-Bordeaux (938 km), coûtera 133 euros d'essence cette année, soit 49,8 euros de plus que l'an dernier. De la même manière, pour un trajet entre Lille et Nantes (674 km), il faudra compter près de 95 euros d'essence, soit 35 euros de plus qu'un an plus tôt. 

Lire aussi

Bien que le gouvernement compte mettre en place une aide pour les prix des carburants, l'addition restera d'autant plus salée cet été que les péages ont, eux aussi, augmenté. En février dernier, leurs tarifs ont été augmentés de 2% en moyenne. Tous prix des carburants et péages confondus, sur les trajets les plus empruntés de l'été depuis la capitale, il faudra ainsi compter en moyenne : 

- Paris - Marseille (777 km) : 149 euros (61 euros de péage + 88 euros de carburant) 

- Paris - Lyon (463 km) : 89,5 euros (36,50 euros de péage + 53 euros de carburant)

- Paris - Toulouse (676 km) : 115,4 euros (37,4 euros de péage + 78 euros de carburant)

- Paris - Bordeaux  (583 km) : 122,2 euros (57,20 euros de péage + 65 euros de carburant)

- Paris - Nantes (381 km) :  83, 2 euros (39,20 euros de péage + 44 euros de carburant)

- Paris - Deauville (200 km) :  45,2 euros (21,70 euros de péage + 23,5 euros de carburant)

Lire aussi

Pour les voyageurs qui opteront pour le train ou l'avion, ces moyens de transports sont eux aussi touchés par la hausse des prix. Selon l'Insee, le transport ferroviaire de passagers par train a ainsi vu ses prix bondir de 8,7% sur trois mois et 12,1% sur un an - des chiffres contestés par la SNCF, qui s'appuie sur une méthodologie différente. 

Quant à l'avion, les prix des billets intérieurs ont bondi de 14,2% sur trois mois, selon l'Insee, quand ceux des billets internationaux ont explosé de 18,5% sur la même période. Sur un an, les hausses s'établissent respectivement à 12% et 22%. 


Sébastie MASTRANDREAS

Tout
TF1 Info