EDF "ne passera pas" l’année : le CSE de l’entreprise alerte sur les conséquences du bouclier tarifaire

A. B. avec AFP
Publié le 15 juin 2022 à 20h14

Source : TF1 Info

L’entreprise, déjà lourdement endettée, voit sa situation financière empirer en raison des mesures prises par le gouvernement face à la hausse des prix de l’énergie.
Le comité social et économique craint une future renationalisation de l’entreprise.

La hausse des prix de l’énergie et la mise en place d’un bouclier tarifaire par le gouvernement n’ont pas arrangé la santé financière d’EDF. Le comité social et économique de l’entreprise, déjà lourdement endettée, a estimé qu’elle ne "passera pas le cap de la fin d’année" si le gouvernement maintient les mesures mises en place dans le cadre du bouclier tarifaire.

"EDF a été plongée dans le rouge à dessein par le pouvoir en place ces derniers mois", a estimé Philippe Page, secrétaire du CSE. Dans sa ligne de mire : la décision du gouvernement d’obliger EDF à vendre davantage d’électricité à bas prix à ses concurrents afin de protéger le pouvoir d’achat des Français. Pour cela, le plafond de l’Arenh (accès régulé à l’électricité nucléaire historique) avait été relevé de 100 à 200 TWh. 

Vers une nationalisation ?

La dette d’EDF "en fin d’année dernière était à 42 milliards d’euros, les mesures gouvernementales font basculer la dette au-delà de 50 milliards d’euros, probablement aux alentours de 60 milliards d’euros en fin d’année 2022, voire au-delà si d’autres mesures gouvernementales venaient à suivre les recommandations de la Commission de régulation de l’énergie", a expliqué Philippe Page. 

Ce dernier soupçonne le gouvernement de laisser volontairement se dégrader la situation financière de l’entreprise pour la renationaliser provisoirement et préparer son démantèlement. La ministre de la Transition énergétique Agnès Pannier-Runacher a indiqué mardi qu’une renationalisation d’EDF n’était pas encore décidée mais n’était "pas exclue". 

Pour protéger le pouvoir d’achat, juguler l’inflation et préserver la santé financière d’EDF, le CSE propose deux mesures : suspendre l’Arenh et "calculer les tarifs en fonction du mix de production français, c’est-à-dire de sortir du mariage avec le marché européen" qui "impose une fixation des tarifs en fonction des énergies fossiles utilisées en Europe". Ces propositions doivent être présentées le 29 juin lors du prochain conseil d’administration d’EDF. 


A. B. avec AFP

Tout
TF1 Info