Un "accord de principe" a finalement été trouvé par le groupe Casino et trois repreneurs pour sauver le groupe, endetté de plus de 6 milliards d'euros.
Une procédure de sauvegarde accélérée du groupe, qui compte 200.000 salariés dans le monde, se tiendra ensuite en octobre.

Le distributeur français Casino a annoncé vendredi avoir conclu un "accord de principe" avec "certains de ses principaux créanciers" sur l'offre de recapitalisation et de restructuration émanant des milliardaires Daniel Kretinsky et Marc Ladreit de Lacharrière, adossés au fonds britannique Attestor. En difficulté financière depuis des mois, le groupe était endetté de 6,4 milliards d'euros fin 2022. 

Cession des activités du groupe en Amérique latine

Dans le monde, 200.000 personnes sont salariées de Casino, dont un quart en France, concernées par la restructuration. La procédure de sauvegarde accélérée du groupe se tiendra en octobre, selon l'entreprise. Elle impliquera la cession de l'ensemble de ses activités en Amérique du Sud, où sont donc employées 150.000 personnes. Le trio acquéreur apportera 1,2 milliard d'euros d'argent frais et leur plan prévoit la réduction de près de 5 milliards d'euros la dette du groupe.

La situation financière de Casino est critique. Le groupe a dévoilé jeudi une perte nette de 2,23 milliards d'euros au premier semestre, du fait notamment de dépréciations. Il a dévoilé vendredi matin des prévisions d'activité lourdement révisées à la baisse pour le reste de l'année. En l'état actuel des choses, le propriétaire de Casino, le groupe Rallye, dirigé par l'homme d'affaires Jean-Charles Naouri, "n'aurait pas [eu] d'autres solutions réalistes à terme que la liquidation ou la cessation d'activité".

Ce vendredi matin, le ministre de l'Économie et des Finances Bruno Le Maire a apporté son "soutien" à l'accord trouvé par Casino, estimant que celui-ci ouvrait "la voie à une solution pérenne pour l'avenir" du distributeur français. Cela "constitue une étape décisive en vue d'un accord définitif à entériner d'ici la fin de l'année", a estimé le locataire de Bercy.


Theodore AZOUZE avec AFP

Tout
TF1 Info