Facebook est mort, vive Meta

Pointé du doigt, Facebook met fin à son logiciel reconnaissance faciale

La rédaction de LCI
Publié le 3 novembre 2021 à 9h43
JT Perso

Source : Sujet Digital LCI

L'essentiel

TECHNOLOGIE - Après avoir été mis en cause pour son logiciel, le réseau social supprimera les données de reconnaissance faciale de plus d'un milliard d'utilisateurs. Une décision inattendue, une semaine après le changement de nom du groupe en Meta.

Onze ans que cette technologie était active. Facebook a décidé de mettre fin, dès le mois de novembre, à son système de reconnaissance faciale, qui concerne près d'un utilisateur sur trois du réseau social, soit environ un milliard de personnes.

Introduit pour permettre aux utilisateurs de Facebook de gagner du temps, le logiciel identifiait automatiquement les personnes qui apparaissaient dans les albums photo numériques des utilisateurs et suggérait aux utilisateurs de les "taguer" en un clic. 

Jérôme Pesenti, vice-président de l'intelligence artificielle chez Meta, nouveau nom de la société mère de Facebook, a justifié cette décision inattendue dans un article de blog publié mardi, soulignant les "nombreuses inquiétudes concernant la place de la technologie de reconnaissance faciale dans la société". Toutes les données captées depuis son lancement en 2010 seront supprimées. 

Cette décision du réseau social intervient en pleins remous après l'affaire des "Facebook files", nom donné à la divulgation par une ancienne employée de Facebook, Frances Haugen, de milliers de documents internes censés prouver que le réseau social faisait passer ses profits avant la sécurité des utilisateurs. 

Un logiciel mis en cause par le passé

Ces dernières années, le logiciel a alimenté des problèmes de confidentialité, des enquêtes et des problèmes réglementaires. En 2019, la Federal Trade Commission (Commission fédérale du commerce, FTC) américaine a ainsi infligé à Facebook une amende record de 5 milliards de dollars suite à des plaintes en matière de confidentialité, dont le logiciel de reconnaissance faciale faisait partie. 

L'année dernière, la société a également accepté de payer 650 millions de dollars pour mettre fin à une plainte collective l'accusant d'avoir violé une loi de l'État de l'Illinois en matière de consentement des informations biométriques, dont la forme des visages.

Facebook n'est pas la première grande entreprise technologique à se retirer des logiciels de reconnaissance faciale. Amazon, Microsoft et IBM ont par exemple suspendu ou cessé de vendre leurs produits de reconnaissance faciale aux forces de l'ordre ces dernières années, appelant à une réglementation plus claire sur le sujet.