La flambée des prix de l'énergie

Air France-KLM annonce une augmentation du prix de ses billets d'avion

Camille Guesdon
Publié le 21 mars 2022 à 20h40
JT Perso

Source : JT 20h Semaine

Les prix des billets d'avion vont augmenter.
Cette hausse s'avère une conséquence de la hausse des prix des carburants.
Les compagnies aériennes utilisent "une couverture" qui leur permet d'anticiper leur achat de kérosène.

La flambée des prix des carburants se répercutent sur les prix des billets d’avion. Le cours du pétrole qui a doublé depuis novembre dernier en raison de la reprise économique post-Covid s’intensifie aujourd’hui par la guerre en Ukraine.

Résultats, les prix à la pompe augmentent fortement. Mais pas que. Le secteur aérien est également touché par la hausse du prix du kérosène.  Début mars, Thomas Juin, le président de l'Union des aéroports français (UAF), a indiqué que le carburant représentait "pour un quart dans le coût d’exploitation d’une ligne aérienne". Ainsi, les compagnies aériennes vont devoir augmenter le prix des billets d’avion, comme c’est le cas d’Air France-KLM.  

Selon un porte-parole d’Air France-KLM, interviewé par Actu.fr : "Nous avons augmenté le prix des billes depuis le 17 mars 2022, sur les vols long-courriers". Il ajoute que le "montant varie selon la destination et l’offre de voyage", mentionnant une augmentation de 40 euros pour un Vol Paris-La Havane.  

Comment les compagnies aériennes se préparent-t-elles à la répercussion de la hausse des prix des carburants ?

D'autres compagnies aériennes pourraient faire le même choix. Selon Marc Rochet, le directeur général d'Air Caraïbes, interrogé par le Monde, le groupe aérien prévoit déjà d'augmenter le prix de ses billets de 15 à 20%.

Pour l'instant, la hausse des prix du pétrole ne se répercutent pas sur les compagnies aériennes, qui ont, pour la plupart, adoptées une politique de "couverture" qui leur permettent de se protéger contre les risques liés aux augmentations des tarifs des carburants. Cette assurance permet aux compagnies de se fournir au préalable en kérosène à un prix fixe qui ne change pas.

Le porte-parole d'Air-France KLM a ainsi expliqué à Actu.fr que pour le premier trimestre 2022, la compagnie aérienne "a déjà acheté 72% de sa consommation de carburant nécessaire" avant d'ajouter que "pour le deuxième trimestre, nous sommes à 63% de couverture. Celle-ci augmente progressivement sur l'année, ce qui veut dire que nous n'avons que 28% de notre besoin en carburant qui n'est pas couvert".

Le secteur aérien, pas concerné par le "plan résilience"

Ce processus de couverture permet donc aux compagnies aériennes d'économiser d'importantes sommes d'argent, même si elles espéraient une aide du gouvernement avec le "plan résilience" dévoilé la semaine dernière.  

Lire aussi

Interrogé sur la question, Bruno Le Maire, le ministre de l'Économie, a reconnu ne pas avoir prévu d'aide particulière pour le secteur aérien en indiquant que  "toutes les compagnies mondiales sont concernées par le prix du kérosène" et qu'elles "vont toutes le répercuter".


Camille Guesdon

Tout
TF1 Info