Annexions, mobilisation... Poutine choisit l'escalade

Ukraine : un défaut de paiement de la Russie aurait "un effet direct plutôt limité" sur l'économie mondiale

Idèr Nabili
Publié le 22 mars 2022 à 19h27, mis à jour le 24 mars 2022 à 21h20
JT Perso

Source : JT 20h Semaine

Selon le Fonds monétaire international, un défaut de paiement de la Russie aurait un effet "plutôt limité" sur le reste du monde.
En revanche, la guerre en Ukraine aura bien des conséquences économiques, en particulier pour les pays voisins directement affectés par le conflit.

L'économie russe peut-elle paralyser le monde ? Pas si sûr, selon le Fonds monétaire international (FMI). Un défaut de paiement de la Russie aurait "un effet direct sur le reste du monde plutôt limité", a estimé ce mardi Gita Gopinath, la numéro 2 du FMI. Selon elle, les montants des échéances de paiements que doit honorer Moscou "sont relativement faibles à l'échelle mondiale". "Cela ne représente pas un risque systémique", a-t-elle ajouté, tout en soulignant que certaines banques ayant une exposition plus grande pourraient cependant être affectées plus durement.

En dépit de lourdes sanctions contre Moscou depuis l'invasion de l'Ukraine, qui devraient encore être accrues dans les prochaines heures, la Russie s'est acquittée de ses dettes. JPMorgan a ainsi reçu un versement de 66 millions de dollars de la part de la banque centrale russe destiné à payer une tranche d'intérêts liés à des obligations, a confirmé ce mardi une source proche du dossier à l'AFP.  L'agence de notation S&P a récemment dégradé la note de la dette russe, de CCC- à CC, la plaçant désormais à deux crans de la note des pays en défaut de paiement.

Les pays voisins de l'Ukraine en récession ?

Un tel scénario ravive le traumatisme de 1998, lorsque la Russie avait fait défaut sur sa dette intérieure. Le gouvernement avait alors dévalué la monnaie, déclaré un moratoire unilatéral sur la dette étrangère, et renoncé à honorer ses échéances vis-à-vis des créanciers nationaux. Elle avait dû attendre douze ans pour revenir emprunter sur les marchés.

En revanche, la directrice générale du FMI, Kristalina Georgieva, a souligné qu'il fallait s'attendre à des conséquences importantes de la guerre en Ukraine sur l'économie mondiale. L'invasion russe va conduire le FMI à réviser en baisse ses prévisions de croissance, et ce plus fortement qu'il ne l'avait fait en janvier (-0,5 point à 4,4%).

Lire aussi

L'économie mondiale devrait rester "en territoire positif" mais un certain nombre de pays, à commencer par la Russie et l'Ukraine ainsi que les pays voisins directement affectés par le conflit, seront en récession, a indiqué Kristalina Georgieva. D'une manière plus générale, "l'impact très inquiétant est l'inflation", a-t-elle poursuivi. Le FMI s'attendait à ce que la pression sur les prix diminue au cours de l'année. Or, elle s'accentue toujours.


Idèr Nabili

Tout
TF1 Info