La Chine s'ouvre à la viande de boeuf française

La rédaction de LCI
Publié le 25 juin 2018 à 14h35
La Chine s'ouvre à la viande de boeuf française

Source : SIPA

DÉBOUCHÉ - 17 ans après la mise en place d'un embargo sur la viande bovine française suite à l'affaire de la vache folle, le premier ministre français, en visite en Chine, a annoncé que les exportations pourraient désormais reprendre. Un débouché intéressant pour la filière bovine française.

La fin d’un embargo de 17 ans. Au quatrième et dernier jour de sa visite en Chine, Edouard Philippe a annoncé la signature d'un protocole sanitaire d'exportation de la viande bovine française vers la Chine, et  l'ouverture du marché chinois aux semences bovines", a dit le Premier ministre français lors d'une conférence de presse à Pékin.

"Ces accords, sur lesquels les deux chefs d'Etat s'étaient engagés en janvier dernier et qui sont donc réalisés aujourd'hui moins de six mois après cet engagement, permettront aux consommateurs chinois d'apprécier l'excellence du terroir français", a-t-il ajouté aux côtés de son homologue chinois Li Keqiang. L’embargo avait été mis en place en 2001 à la suite de la crise de la vache folle.

Nous ne pouvons pas afficher ce tweet.


Twitter conditionne l'affichage des tweet au dépôt de traceurs “réseaux sociaux” permettant de suivre votre navigation sur nos services.

Pour afficher ce post, vous pouvez cliquer sur “paramétrer mes cookies” et accepter les traceurs liés à la finalité “réseaux sociaux”.

Sans une telle acceptation, vous ne pourrez pas accéder à ce tweet.

Pour plus d’information, visitez la politique « cookies » Twitter.

Une bonne nouvelle pour la filière française -comme l'a souligné le chef de l'Etat dans un tweet-  à l'heure où la consommation de viande bovine baisse de 5% par an. La consommation de boeuf en Chine, deuxième importateur de viande bovine, est en effet en pleine expansion. Pékin, qui se fournit essentiellement au Brésil, en Uruguay et en Australie, a importé près de 700.000 tonnes de viande bovine en 2017 pour une valeur de près de 3 milliards d'euros, selon les douanes chinoises.


La rédaction de LCI