L'info passée au crible

La part de l'industrie dans le PIB est-elle deux fois plus faible en France qu'en Allemagne ?

Thomas Deszpot
Publié le 6 mai 2021 à 20h13
Les hauts fourneaux ont symbolisé l'abandon de certains secteurs industriels en France.

Les hauts fourneaux ont symbolisé l'abandon de certains secteurs industriels en France.

Source : JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN / AFP

COMPARAISON PEU FLATTEUSE - François Bayrou plaide pour un vaste plan de développement de l'industrie en France et assure que sa part dans le PIB est deux fois supérieure en Allemagne. Une affirmation étayée par des statistiques officielles.

Est-il urgent de lancer en France un "plan Marshall pour la reconquête industrielle et productive" ? François Bayrou en est en tout cas convaincu. Désormais Haut-commissaire au Plan, il est intervenu sur France Inter ce jeudi et s'est inquiété de voir l'industrie  en piteux état dans notre pays. Il assure que depuis trois décennies, "on a laissé cette production s'effondrer". D'où l'importance à ses yeux d'agir avec des mesures fortes et des investissements massifs.

Pour étayer son propos, le président du MoDem et ancien ministre a souhaité fournir un chiffre. "En Allemagne, l'industrie c'est 25 % du PIB, en France c'est entre 11 et 12 %", a-t-il assuré, mettant en avant la préservation de ce secteur d'activité chez nos voisins. Si les données recueillies par les différents organismes ne sont pas identiques, la faute à des périmètres de calcul différents, le constat de François Bayrou reste valide. La Banque mondiale notamment montre la place restreinte de l'industrie française dans son économie, y compris en comparaison avec d'autres pays européens. 

Nous ne pouvons pas afficher ce tweet.


Twitter conditionne l'affichage des tweet au dépôt de traceurs “réseaux sociaux” permettant de suivre votre navigation sur nos services.

Pour afficher ce post, vous pouvez cliquer sur “paramétrer mes cookies” et accepter les traceurs liés à la finalité “réseaux sociaux”.

Sans une telle acceptation, vous ne pourrez pas accéder à ce tweet.

Pour plus d’information, visitez la politique « cookies » Twitter.

La France, mauvaise élève

Afin de vérifier les données avancées par François Bayrou, on peut se tourner vers les publications de la Direction générale des entreprises, une entité placée sous le contrôle du ministère de l'Économie. Chaque année, elle publie ses "chiffres clés de l'industrie manufacturière", un document riche de chiffres et d'enseignements. Sa dernière version porte sur l'année 2018 et permet de constater que pour 2017, l'industrie représentait en France 12,5% du PIB. Si l'on se cantonne uniquement à l'industrie manufacturière, cette part baisse même à 10,1%. 

Ce même document nous apprend qu'en Allemagne, l'industrie manufacturière pèse pour 21,1% du PIB, soit plus du double. Le ratio évoqué par François Bayrou semble donc tout à fait juste et peu glorieux pour la France. Nos voisins sont-ils très performants dans ce secteur, où est-ce plutôt la France qui affiche d'importantes faiblesses ? Pour le savoir il faut cette fois se pencher sur les données de la Banque mondiale. 

Comme le rappelle la docteure en géographie Anaïs Voy-Gillis, la Banque mondiale s'appuie sur une "appréciation plus large du terme 'industrie' que celle d’Eurostat ou de l’OCDE, ce qui explique un poids plus fort de l’industrie dans le PIB". Un décalage "de l’ordre de 2 à 4 points de PIB", souligne-t-elle. Voire plus important encore, puisque la part de l'industrie dans le PIB est présentée à 26,7% outre-Rhin, contre 17,1% dans l'Hexagone (données 2019). 

Surtout, on s'aperçoit que chez tous nos voisins, ces parts sont plus élevées. À l'exception de quelques petits pays tels que le Luxembourg ou Malte. Jugez plutôt : 20,5% en Espagne, 21,4% en Italie, mais aussi 19,1% en Belgique ou 31,4% en République Tchèque. En moyenne dans l'UE, la Banque mondiale indique que l'industrie représente 22,2% du PIB, soit 5 points de plus qu'en France. 

Vous souhaitez nous poser des questions ou nous soumettre une information qui ne vous paraît pas fiable ? N'hésitez pas à nous écrire à l'adresse lesverificateurs@tf1.fr


Thomas Deszpot