ECONOMIE – Selon un indice de référence du dynamisme de l’économie britannique publié par le cabinet Markit, le Brexit a provoqué une "détérioration spectaculaire de l’économie" en juillet.

Malgré la chute de la bourse de Londres après le Brexit, les conséquences du vote britannique sur l’économie du Royaume-Uni restaient, jusqu’ici, difficilement mesurables. Les menaces se sont en partie concrétisées vendredi avec la parution attendue de l’indice du cabinet britannique Markit des directeurs d'achat "PMI" pour juillet. Un indicateur reconnu du dynamisme de l’économie, qui couvre à la fois la production industrielle et les activités de services.

Et la conclusion de l’étude encore partielle de Markit, qui doit être publiée dans son intégralité début août, est sans appel. "Le mois de juillet a été marqué par une détérioration spectaculaire de l'économie, avec l'activité des entreprises chutant au rythme le plus rapide depuis le pic de la crise financière mondiale début 2009", a commenté Chris Williamson, économiste en chef au cabinet d’analyse financière londonien.

Les services à la peine

L'indice composite, mesuré entre le 12 et le 21 juillet, s'est en effet établi à 47,7 points en juillet après 52,4 en juin (base 50), soit au plus bas depuis avril 2009, quasiment au plus fort de la crise financière. L’indice PMI pour le seul secteur des services, qui représente 80% de l’économie britannique, est également tombé à son plus bas depuis sept ans, atteignant 47,4 points, contre 52,3 points en juin. Quant à l’indice qui mesure l’activité dans l’industrie, il est également à la peine, glissant de 52,1 à 49,1 points.

Le seul point positif relevé par le cabinet réside dans l'amélioration des exportations de produits manufacturés portées par la chute de la livre sterling, qui a perdu environ 12% de sa valeur face au dollar depuis le Brexit.

Après avoir annoncé, à l’étonnement général, le statu quo en juin, la Banque d’Angleterre devrait prendre des mesures de soutien de l’économie britannique dès le mois prochain. Celles-ci devraient atténuer en partie les effets négatifs de la décision des Britanniques de sortir de l’Union européenne mais, comme le montre l’évolution de l’indice PMI, l’impact du vote se fait déjà ressentir, que ce soit au niveau des "annulations de commandes, de l'absence de commandes nouvelles ou bien le report ou l'annulation de projets", commente Chris Williamson.

A LIRE AUSSI 
>>  Royaume-Uni : les cinq plus belles boulettes diplomatiques du nouveau ministre Boris Johnson
>> 
Après le Brexit, deux agences de notation collent une mauvaise note au Royaume-Uni
>> 
Le Brexit, un danger, vraiment, pour l'économie mondiale ?


 


Nicolas VANEL Nicolas Vanel

Tout
TF1 Info