Inflation : les prix s'envolent

Le gouvernement maintient son ambition de maintenir le déficit public à 5% cette année

La rédaction de TF1info
Publié le 28 juin 2022 à 20h46
JT Perso

Source : TF1 Info

Le gouvernement français a confirmé mardi son ambition de contenir le déficit public à 5% du PIB cette année.
Et ce, malgré les dépenses supplémentaires mobilisées pour soutenir le pouvoir d'achat.
Et alors que la croissance prévue est de 2,5%, inférieure aux 4% attendus jusqu'ici.

Le gouvernement français persiste. Il a confirmé, mardi, son ambition de contenir le déficit public à 5% du PIB cette année, malgré les dépenses supplémentaires mobilisées pour soutenir le pouvoir d'achat et une croissance prévue de 2,5%, inférieure aux 4% attendus jusqu'ici.

D'après Bercy, cette "maîtrise" des finances publiques s'explique surtout par un important surplus de recettes de 50 milliards d'euros par rapport à ce qui était attendu cette année, selon le cadrage macroéconomique du projet de Budget rectificatif que le gouvernement a transmis mardi au Haut Conseil des finances publiques, avant sa présentation en conseil des ministres la semaine prochaine.

"Qu'on revoie la croissance à la baisse, qu'on maintienne la prévision de déficit à 5%, c'est le signe (...) de la maîtrise, qu'on s'impose, des finances publiques", a-t-on défendu au ministère de l'Économie. À ce stade, Bercy n'a toutefois pas souhaité préciser le montant total des dépenses qu'il entend mobiliser dans son paquet pouvoir d'achat - il faudra attendre la semaine prochaine -, mais en considérant les mesures déjà dévoilées, il devrait dépasser les 20 milliards d'euros.

Une inflation à 5%

Le ralentissement de l'économie française en 2022, dû à la vague Omicron de l'épidémie de Covid-19 en début d'année, puis aux répercussions de la guerre en Ukraine qui a notamment renforcé l'inflation, ne devrait donc pas faire déraper davantage les comptes publics, selon les prévisions de Bercy. En ramenant le déficit public à 5% du PIB, après 6,5% en 2021, le ratio de dette publique devrait lui reculer à 112% du PIB en fin d'année, contre 112,9% fin 2021.

Lire aussi

Outre le surcroît de recettes, issu de meilleures rentrées de cotisations, d'impôt sur le revenu, de TVA et d'impôt sur les sociétés, le gouvernement mise sur une poursuite des créations d'emploi (environ 115.000) cette année. Ce scénario macroéconomique se base aussi sur une prévision d'inflation de 5% en moyenne sur l'année, un peu plus optimiste que celle de l'Insee (5,5%), le gouvernement ayant fait l'hypothèse d'un prix du pétrole moins élevé que l'Institut national de la statistique.

La semaine dernière, l'Insee et la Banque de France avaient annoncé s'attendre à une croissance de 2,3% cette année en France.


La rédaction de TF1info

Tout
TF1 Info