L'info passée au crible

Le prix de l'électricité aurait-il augmenté de 45% sans l'intervention de l'État ?

Felicia Sideris
Publié le 20 janvier 2022 à 13h06
JT Perso

Source : L'Invité Politique

POUVOIR D'ACHAT - François Bayrou s'est félicité ce jeudi sur LCI du bouclier tarifaire décidé par le gouvernement pour éviter l'explosion des prix de l'énergie. Selon lui, sans cette intervention, le tarif réglementé de l'électricité aurait augmenté de 44,5%. C'est vrai.

La facture d'électricité aurait pu être encore plus salée. Invité ce jeudi 20 janvier sur le plateau de LCI, François Bayrou a tenu à saluer l'action du gouvernement, "intervenu avec force" pour éviter la flambée des prix de l'énergie. Selon le Haut-commissaire au Plan "si on avait laissé jouer les mécanismes" du marché, "la hausse aurait dû être de 45%" au lieu des 4% promis par l'exécutif. Un argumentaire repris plus tard, en sortie de Conseil des ministres, par le porte-parole du gouvernement, pour qui cette mesure "bloque l'augmentation exponentielle du prix du gaz et de l'électricité". Mais d'où sort ce chiffre ?

Environ 300 euros économisés sur la facture

Il provient de la dernière délibération de la Commission de régulation de l'énergie (CRE), publiée ce mercredi. C'est à elle qu'incombe la mission de réviser de manière indépendante les tarifs réglementés de l'électricité dans le pays. Un calcul qu'elle réalise par "empilement des coûts" et qu'elle publie au maximum tous les six mois, afin de fixer les prix pour EDF. Cette méthode de calcul, détaillée en annexe de la délibération, intègre les coûts économiques de l'entreprise française chargée de la production et de la fourniture d'électricité, mais aussi le coût de la production nucléaire, les coûts d'acheminement et les frais liés à l'approvisionnement en énergie. 

Or, pour février 2022, le gendarme de l'électricité proposait une hausse du niveau moyen des tarifs réglementés de vente d'électricité de 44,5% hors taxe. Une explosion du prix qui prend en compte "le contexte de crise exceptionnelle des prix de l'énergie, caractérisé par une augmentation inédite des prix sur les marchés de gros de l'électricité", comme elle le précise dans sa délibération. Habituellement, lorsqu'elle fixe les taris pour EDF, ces prix est accepté d'office... En l'absence d'opposition du gouvernement ! 

C'est donc bel et bien grâce au choix du gouvernement de mettre en place ce qu'il appelle un "bouclier tarifaire" que les prix resteront contrôlés. "Les hausses seront limitées à 4% après un refus de la proposition tarifaire de la CRE", lit-on dans la délibération du CRE. Une décision qui se fera sentir dans le porte-monnaie des Français. Tandis qu'une hausse de 4% des tarifs "représentera une hausse d'environ 38 euros par an" sur la facture d'un client résidentiel, "en l'absence de ces mesures", la facture aurait augmenté de "330 euros an", précise le régulateur.

Vous souhaitez nous poser des questions ou nous soumettre une information qui ne vous paraît pas fiable ? N'hésitez pas à nous écrire à l'adresse lesverificateurs@tf1.fr. Retrouvez-nous également sur Twitter : notre équipe y est présente derrière le compte @verif_TF1LCI.


Felicia Sideris

Tout
TF1 Info