Emmanuel Macron réélu pour un second mandat de président de la République

La redevance audiovisuelle supprimée dès cette année ?

Aurélie Loek
Publié le 12 mai 2022 à 17h29
JT Perso

Source : JT 20h WE

Durant la campagne présidentielle, Emmanuel Macron avait proposé de supprimer la redevance audiovisuelle.
Malgré les craintes que cette annonce avait pu soulever, cette mesure pourrait être appliquée dès cette année.
Le mécanisme qui remplacera ce mode de financement n'a pas encore été précisé.

Aussitôt annoncée, aussitôt appliquée ? Promesse d'Emmanuel Macron durant la campagne présidentielle, la suppression de la redevance audiovisuelle pourrait être instaurée dès cette année dans le cadre des mesures de soutien au pouvoir d'achat des ménages, comme cela était notifié dans le compte rendu du Conseil des ministres de mercredi 11 mai.

Une mesure de pouvoir d'achat, selon l'exécutif

"La contribution à l’audiovisuel public sera supprimée de manière pérenne dès cette année et le financement de l’audiovisuel public sera assuré dans le respect de l’objectif à valeur constitutionnelle de pluralisme et d’indépendance des médias", indique la retranscription d'une communication du ministre de l'Économie, Bruno Le Maire, durant ce Conseil.

Actuellement, le montant de la redevance est de 138 euros. Elle est payée par tous les ménages possédant un téléviseur. Cette taxe rapporte plus de trois milliards d'euros nets par an, une somme directement affectée à l'audiovisuel public. L'annonce avait donc soulevé des craintes sur un risque de perte d'indépendance des médias audiovisuels publics vis-à-vis de l'État.

Emmanuel Macron avait cependant justifié sa suppression en soulignant que le budget de ces médias est déjà supérieur à ce que rapporte la redevance. Il avait par ailleurs jugé sa disparition "cohérente" avec la suppression de la taxe d'habitation, qui est collectée en même temps que la redevance.

Lire aussi

À Bercy, on confirme que "l'objectif" est en effet d'entériner cette suppression "en 2022", via le projet de loi de finances rectificative (PLFR) qui sera présenté après les élections législatives de juin. Le mécanisme qui remplacera ce mode de financement n'a pas encore été précisé. Cette question a été au cœur d'une mission de l'Inspection générale des finances et de l'Inspection générale des affaires culturelles, mandatée en octobre dernier par l'exécutif.


Aurélie Loek

Tout
TF1 Info