Mondial de l’Auto 2016 : le marché va mieux, merci

Nicolas Vanel
Publié le 29 septembre 2016 à 18h06
Mondial de l’Auto 2016 : le marché va mieux, merci

Source : AFP

L'essentiel

SALON - A l’occasion de l’ouverture du Mondial de l’auto de Paris, LCI fait le point sur l’état de santé du marché de l’automobile, les performances des constructeurs français et l’évolution des mentalités des conducteurs.

Le Mondial de l’automobile a ouvert ses portes ce jeudi aux professionnels et accueillera les visiteurs à partir de samedi. L’événement, où affluent plus d’un million de visiteurs tous les deux ans, retrouve le sourire après plusieurs années difficiles en raison de la crise. Si le scandale Volkswagen plane certes toujours sur le secteur, les constructeurs ont notamment fait la part belle pour cette édition 2016 aux modèles électriques, un secteur toujours timide mais qui ne cesse de progresser. 

LCI fait le point sur l’état du marché de l’automobile à travers trois questions. 

La page de la crise est-elle tournée ?

Après le trou d’air provoqué par la crise en début de décennie, le marché semble s’être rétabli. Une relance qui a débuté dès 2014 en Europe et un an plus tard en France. Et l'embellie s'est poursuivie cette année. Depuis janvier, le nombre d’immatriculations de voitures neuves a ainsi progressé de 6,1%  en France et de 8,1% en Europe.  Si ce rythme de croissance se confirme dans l’Hexagone, il permettra au marché de retrouver son niveau traditionnel d’avant crise, avec plus de deux millions de ventes, note le Constructeur français d’automobiles (CCFA). 

Dans le reste du monde, le marché de l’automobile se porte encore mieux avec un nombre record de véhicules produits en 2015 : 90,8 millions d’unités, contre 50 millions en 1990. Au total, la planète comptait en 2014 1,2 milliard de véhicules, dont près de 315 millions aux Etats-Unis, le premier pays en terme de parc automobile. La Chine suivait avec 142,5 millions. La France, elle, pointait au 8e rang avec 32 millions de voitures en circulation.  

Les constructeurs français en profitent-ils ?

Grâce à une forte progression de ses ventes sur le début de l’année, le groupe Renault rattrape peu à peu son retard sur PSA. La marque au losange a écoulé 426.764 unités au cours des huit derniers mois, soit 37.268 véhicules de moins que PSA. 

Globalement, les constructeurs français restent leaders du marché hexagonal devant leurs concurrents étrangers, vendant à eux deux près de 100.000 véhicules de plus  Sur la scène mondiale, Renault et PSA, qui ne représentent là que 7,6% de la production, prennent respectivement les 10e et 11e places du classement.

Top 5 des véhicules particuliers vendus en France de janvier à août 2016 : 

1er : Renault Clio IV (71.760 unités)

2e : Peugeot 208 (65.999)

3e : Peugeot 308 II (52.857) 

4e : Renault Captur (47.955)

5e : Peugeot 2008 (44.963)

Quelle évolution chez les consommateurs ?

La page de la crise tournée, les conducteurs se donc remis à consommer. L’âge moyen des heureux acquéreurs de véhicules neufs ne s’est toutefois pas abaissé, selon les données d’une étude confidentielle produite par un organisme indépendant à destination des acteurs du secteur et révélée fin 2015 par Les Echos. En effet, alors que cet âge restait encore sous la barre des 50 ans en 2005, il atteignait 55,3 ans en 2014. 

Côté modèles, les mentalités évoluent doucement. En 2015, 35% des Français se disaient par exemple prêts à passer à la voiture électrique, selon le baromètre Ipsos pour l'Avere et Mobivia publié le 16 septembre dernier. A une très large majorité, ces derniers estiment qu’une autonomie portée à 300 km serait un argument susceptible de déclencher l’achat. Cela tombe bien, c’est justement la performance minimum affichée par la plupart des nouveaux modèles présentées au Mondial de Paris. 

Depuis la dernière édition de l’événement il y a deux ans, les ventes de véhicules électriques ont d'ailleurs presque triplé, même si elles ne concernent encore qu’une part infime du marché français (1,07%). La courbe est donc ascendante, à l’inverse des motorisations diesel, pointées du doigt pour leur caractère particulièrement polluant et que les Français délaissent progressivement. En 2012, ils représentaient encore 73% du parc automobile des particuliers en France, contre seulement 53% en 2016. 

VIDÉO - Elle sait tout faire : focus sur la voiture autonome

Elle sait tout faire : focus sur la voiture autonomeSource : Sujet JT LCI
JT Perso