EDF confie à Amazon des données du parc nucléaire français, un choix qui interroge

Publié le 14 février 2024 à 17h40, mis à jour le 14 février 2024 à 19h43

Source : Sujet TF1 Info

L'an dernier, EDF a conclu un partenariat avec Amazon Web Services.
Conséquence, la gestion de certaines données relatives au parc nucléaire français a été confiée à cette filiale du géant américain du commerce.
Un choix qui s'est fait "en respect des exigences en termes de cybersécurité", assure le groupe.

Un choix qui interroge. Au printemps dernier, EDF a décidé de faire appel à Amazon Web Services, la filiale "cloud" du géant américain du commerce, afin de lui confier la gestion d'une partie du système d'information consacré aux pièces du parc nucléaire français. Une information publique a fait savoir le groupe, mais qui n'a été mise en lumière que ce mercredi 14 février par Le Canard Enchaîné.

La cybersécurité, "un enjeu majeur pour le groupe"

"Pour accompagner dans la durée le parc nucléaire en exploitation, EDF a décidé de moderniser une partie de son système d'information dit de gestion. Dans le cadre de ces travaux, plusieurs partenaires IT (informatique et technologies), dont AWS, ont été sélectionnés pour venir compléter l'offre des 'data centers' et des compétences internes", a confirmé l'électricien français.

Selon Le Canard Enchaîné, la décision vise à numériser et sauvegarder les références des pièces des centrales afin de mieux gérer le stock de pièces disponibles et faciliter la maintenance des réacteurs. Cette démarche a néanmoins été entreprise "dans le respect des exigences en termes notamment de cybersécurité, enjeu majeur pour le groupe", a affirmé EDF.

Pourtant, l'hebdomadaire s'étonne que ces données d'EDF, groupe renationalisé par l'État, soient hébergées par une entreprise américaine plutôt que chez un groupe français. Et pour cause, les lois en vigueur aux États-Unis, à l'instar du Fisa (Foreign Intelligence Surveillance Act) ou le Cloud Act, peuvent dans certains cas contraindre les détenteurs de données à les remettre aux autorités, quel que soit l'endroit dans le monde où celles-ci se trouvent.

Interrogée sur son choix de se tourner malgré tout vers un prestataire américain, l'entreprise indique qu'elle ne fera "pas de commentaires ni sur le contenu du contrat, ni sur les dimensions financières, ces informations étant couvertes par le secret en matière commerciale et industrielle". Contacté, le ministère de l'Économie n'avait pas répondu à l'heure où cet article est publié. Le gouvernement porte pourtant une "stratégie cloud" qui dénonce justement "la dépendance au cloud étranger" et soutient financièrement des acteurs français de ce secteur stratégique.

Actuellement, le domaine du "cloud" est totalement dominé en Europe par les grands acteurs américains que sont Microsoft Azure, Google Cloud et AWS. D'après la Tribune, ces acteurs captent à eux trois plus de 70% du marché et plus de 80% de sa croissance. Parallèlement, des acteurs européens tentent d'émerger. Côté France, les acteurs sont généralement des petites entreprises, à l'exception du leader OVHCloud (2400 salariés, 788 millions d'euros de chiffres d'affaires en 2022). Outscale, filiale de Dassault, spécialisée dans le "cloud" et qui est la solution suggérée par le Canard Enchainé pour rivaliser avec AWS, emploie de son côté 250 salariés et a généré 66,2 millions d'euros en 2022.


Aurélie LOEK

Tout
TF1 Info