Des militants pour le climat se sont réunis vendredi devant les locaux du gestionnaire d'actifs Amundi, le jour de son assemblée générale.
Ils lui ont reproché d'être l'un des actionnaires principaux de TotalEnergies, qui tenait aussi son assemblée générale.
Au total, 224 personnes ont été interpellées et 10 agents de sécurité ont été blessés, selon le dernier bilan.

Ils n'ont pas pu perturber l'assemblée générale de TotalEnergies et se sont donc dirigés vers l'un des plus gros actionnaires du géant pétrolier. Une action de militants pour le climat s'est déroulée ce vendredi devant les locaux du gestionnaire d'actifs Amundi, dans le 15e arrondissement de Paris, le jour de son assemblée générale. La préfecture de police a annoncé que 224 personnes ont été interpellées, selon un nouveau bilan communiqué samedi matin. Parmi eux, une candidate LFI aux européennes, Marion Beauvalet, a été brièvement placée en garde à vue avant d'être relâchée sans poursuite. 

L'assemblée générale "a pu aller à son terme" selon le groupe qui dit avoir "échangé avec les ONG qui ont une approche constructive dans leurs actions". Les actionnaires présents sur place ont pu quitter les locaux discrètement et "dans le calme". "Nous déplorons huit blessés parmi les membres du service de sécurité mis en place, heureusement sans gravité", a aussi indiqué Amundi à l'AFP. La préfecture de police a donné à TF1/LCI le bilan de dix agents de sécurité blessés, dont neuf conduits à l'hôpital. 

Des activistes encerclés par les forces de l'ordre

Plus tôt dans la journée, plusieurs centaines d'activistes, qui reprochent à Amundi d'être l'un des actionnaires principaux de TotalEnergies, avaient été encerclés par les forces de l'ordre à partir de 11 heures au pied de la haute tour de verre qui héberge la société, a constaté un journaliste de l'AFP. 

Dans la matinée, plusieurs dizaines de personnes avaient forcé le passage pour entrer dans l'immeuble, avait indiqué une source policière, précisant qu'une intervention des forces de l'ordre était alors en cours. Une partie de la façade a été taguée avec de la peinture et des vitres ont été cassées. Sur le parvis, des militants ont déployé des drapeaux et une banderole "Liquidation Total" et scandaient des slogans contre TotalEnergies, entourés par de nombreux policiers.

"Arrêter tout nouvel investissement dans TotalEnergies"

"L'idée initiale était de perturber l'assemblée générale de TotalEnergies, comme c'est le cas depuis trois ans", a indiqué à l'AFP Lou Chesné, porte-parole d'Attac France, précisant qu'"une opération de grande envergure était prévue". Mais face au "déploiement policier important" autour du siège de TotalEnergies dans le quartier d'affaires de La Défense, où se tenait parallèlement vendredi l'assemblée générale des actionnaires du géant des hydrocarbures, les militants ont décidé de se tourner vers le quartier Montparnasse où est situé le bâtiment d'Amundi, "un des actionnaires principaux de TotalEnergies et qui porte sa part de responsabilité", a-t-elle expliqué. Les actionnaires, dont Amundi, "doivent cesser d’apporter leur soutien à l'entreprise par leurs votes et prendre la première mesure qui s'impose : arrêter tout nouvel investissement dans TotalEnergies", a déclaré l'ONG Reclaim Finance dans un communiqué. 

Les manifestants ont été rejoints par des personnalités, comme la députée écologiste Sandrine Rousseau, Claire Nouvian, directrice-fondatrice de l'ONG Bloom, ou encore la tête de liste des Insoumis aux élections européennes Manon Aubry. "De retour avec les activistes mobilisés et nassés contre la politique climaticide de Total. Voilà plus de 6h qu'ils sont nassés", a écrit cette dernière sur X, en légende d'une vidéo dans laquelle elle apparaît au milieu des militants pour le climat. Des groupes représentant des communautés autochtones du Pérou et d'Ouganda étaient présents aussi, en opposition à des projets décriés de TotalEnergies dans ces deux pays

Le groupe a déclaré qu'il "portera plainte au regard des violences perpétrées sur les personnes et au vu des dégradations matérielles".


N.K avec AFP

Tout
TF1 Info