Smic : pas de "coup de pouce" mais une augmentation de 11 euros par mois en 2017

Nicolas Vanel
Publié le 19 décembre 2016 à 11h55, mis à jour le 19 décembre 2016 à 13h17
Smic : pas de "coup de pouce" mais une augmentation de 11 euros par mois en 2017
L'essentiel

SALAIRES - Le gouvernement a tranché : il n’y aura pas de coup de pouce pour le Smic, qui suivra uniquement la revalorisation automatique s’élevant à 0,93%. Le smic mensuel passe donc de 1466,62 euros à 1.480,27 euros bruts.

Pas de "coup de pouce". Le gouvernement a décidé de ne pas aller au-delà de la revalorisation mécanique du Smic. Celui-ci progressera donc de 0,93% le 1er janvier prochain, pour atteindre  9,762 euros bruts de l’heure, contre 9,67 euros actuellement, ont annoncé les syndicats. 

Une personne rémunérée au Smic touchera donc 1.480,27 euros brut mensuels, contre 1466,62 euros actuellement, soit une hausse de 13,65 euros par rapport à 2016. Le Smic net s'établit, quant à lui, autour de 1.153 euros, en hausse de 11 euros. Comme lors des quatre dernières revalorisations, le gouvernement n'a pas accordé de "coup de pouce", ont précisé les sources. La revalorisation mécanique du Smic, qui est calculée sur la base de l’inflation hors tabac pour les ménages les plus modestes et  la moitié du gain de pouvoir d'achat du salaire horaire de base ouvriers et employés (SHBOE), correspondra donc l'an prochain à une augmentation d'environ 9 centimes. 

Le gouvernement privilégie d'autres leviers

"Le pouvoir d’achat des salariés reste une priorité forte du gouvernement", commente le ministère du Travail en réaction à son choix de ne pas soutenir la hausse du Smic. Ce dernier met ainsi en avant la baisse supplémentaire d’un milliard d’euros de l’impôt sur le revenu qui doit intervenir au 1er janvier. Le communiqué du ministère met en outre l’accent sur la prime d’activité qui touche aujourd’hui 3,7 millions de ménages percevant ainsi, en moyenne, 165 euros par mois. Autant de "leviers plus efficaces" qu’un "coup de pouce "au Smic, souligne-t-on. 

"Les résultats sont là : en 2015, le pouvoir d’achat a connu sa plus forte hausse depuis 2009. Grâce aux baisses d’impôts ciblées et à la création de la prime d’activité, cette tendance favorable devrait se confirmer en 2016, alliant dynamique économique et justice sociale ; elle devra faire l’objet de toute notre attention pour se poursuivre et s’amplifier en 2017", a déclaré lundi la ministre du Travail Myriam El Khomry suite à l'annonce de l'évolution du Smic pour 2017. 

Plus forte hausse depuis 2014

Il s’agit de la plus forte hausse depuis janvier 2014, date à laquelle le Smic avait progressé, sans coup de pouce, de 1,1%. Début 2016, le gouvernement avait arrondi l’augmentation mécanique à la valeur supérieure, permettant à la revalorisation du salaire minimum d’atteindre 0,6%, alors que l’inflation s’établissait sur un an, en novembre dernier, à  0,5%. 

Un front syndical composé de la CGT, de FO et de la CFTX réclamait un geste de la part du gouvernement.  "Il y a urgence à réorienter les richesses créées par le travail vers les salaires", s’était ainsi prononcé Boris Plazzi (CGT). Marie-Alice Medeuf-Andrieu (FO) jugeait, elle, qu'"un coup de pouce créerait une dynamique de négociations salariales dans les branches professionnelles et dans les entreprises".

Revalorisation du SMIC de 0,93% : "Ce n'est pas un coup de pouce", dénonce Jean-Claure MaillySource : Sujet JT LCI
JT Perso

Fin novembre, le groupe d’experts indépendants constitué d’économistes, qui se prononce chaque année sur l’évolution du smic, avait recommandé de ne pas donner de "coup de pouce" au salaire minium du fait de la "situation (économique) encore fragile" du pays, appelant ainsi "à la prudence et à la modération". L’instance consultative avait dans ce cadre préconisé une hausse de la prime d’activité, jugée plus "efficace" pour lutter contre la pauvreté. 

Réforme du droit du travail : faut-il toucher au SMIC ?Source : Les vidéos infos
JT Perso